Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 6 octobre 2022
Antananarivo | 16h50
 

Editorial

Constitution et sentiments

jeudi 30 septembre 2010 | Georges Rabehevitra

En janvier 2010, dans un article intitulé « le chemin du droit et le droit chemin », je présentais la difficulté pour notre pays d’appliquer le droit, du fait que notre culture est encore trop émaillée de sentiments. On est encore bien loin de la culture du Droit (au sens juris du terme), telle que l’on peut la voir dans d’autres pays plus avancés dans le domaine de la science politique.

Présentation du projet

Avant de passer au projet lui-même, la présentation qu’en a fait le Président de la CCC, le magistrat Florent Rakotoarisoa, ne peut que rendre dubitatif et me renforce encore dans mon opinion que l’on n’est pas du tout sur le chemin du Droit.

Ce magistrat a dit, je cite : « il s’agit là d’un projet qui est inspiré de la volonté populaire, il est en effet issu d’une rencontre d’envergure nationale qui a réuni des représentants de tous les Malgaches. Personne ne peut ainsi avancer que le projet de Constitution à soumettre au référendum constitutionnel du 17 novembre est un projet venant du régime transitoire ».

Il faudrait que ce magistrat me définisse, juridiquement ou mathématiquement, comme il veut, la définition des mots ci-après : « volonté populaire », « rencontre d’envergure nationale qui a réuni des représentants de tous les Malgaches ». Comme j’ai fait plus d’études scientifiques que juridiques (bien qu’ayant fait les deux, et pratiquant le droit de par mon travail de tous les jours), ci-après une simple question : la date, la quantité et les qualités des participants de « la rencontre d’envergure nationale qui a réuni les représentants de tous les malgaches » ont été fixées par le pouvoir de Transition ; à partir de là, affirmer, je cite encore, que « personne ne peut ainsi avancer que le projet de Constitution à soumettre au référendum constitutionnel du 17 novembre est un projet venant du régime transitoire », me semble contradictoire. Par simple associativité, je ne vois pas comment l’on peut affirmer, en parlant de la Conférence Nationale, qu’elle soit une réunion « qui a réuni les représentants de tous les malgaches ». Pour rester poli, cela me semble très gonflé. C’est exactement comme si je disais : « le putsch a été la volonté du peuple qui se s’est réuni sur la place du 13 mai, et qui a incendié des bâtiments publics et privés ».

Voilà donc un magistrat, dont la formation et le métier doivent être axés sur la rigueur de l’application du Droit (par conséquent des mots et des phrases qui le composent), qui se met à parler comme si les mots n’avaient de sens que les sentiments qu’il en a. Si je disais que j’ai le sentiment que les 2000 personnes qui ont eu droit de voter pour les résolutions, ne représentent pas du tout les malgaches, mes propos auraient la même valeur que ceux de ce magistrat.

Dès la présentation du projet, on se trouve devant une sorte de non-droit, ce qui est quand même dommage pour une Constitution, censée être la Loi Fondamentale qui régit les rapports entre les pouvoirs, entre les gouvernants et les gouvernés, ainsi que les libertés, droits et devoirs de chacun.

Les mots

Pour ce qui est du projet lui-même, tel qu’il est présenté à ce jour, il recèle des termes et des articles qui vont dans le sens de ce que je développais dans cet article de janvier 2010, à savoir le côté sentimental des choses et de la façon de les exprimer.

Il y a des mots dont la définition juridique sera très difficile à établir, nonobstant la langue utilisée, car ce sont des mots dont la signification est totalement vague. Je rappelle que les vides juridiques viennent toujours du non emploi des mots ou alors de leur signification trop vague ou trop transversale.

Parmi ces mots, je cite quelques uns : fihavanana, amour (fitiavana), raiamandreny (on a déjà vu que c’est un titre que l’on peut s’auto-octroyer), Olobe, chefs coutumiers. Rien qu’en parlant des tires genre raiamandreny, Olobe et chef coutumiers, on ne va pas bien comment cela peut résister au temps. Ces titres sont-ils des titres de noblesse transmissibles aux descendants ? Dans ce cas, ce serait contraire à la République, qui justement ne tient pas compte de la transmissibilité du pouvoir par simple filiation. Sinon, quid de la méthode de désignation initiale, du remplacement… À partir seulement de ces quelques exemples, on voit bien que des titres ou des mots de ce genre ne résisteront pas au temps ni à la pratique, car ils seront dépendants des sentiments ou des humeurs du temps.

Je ne suis pas juriste constitutionnel, mais je serai curieux de savoir dans la Constitution de quel État, en 2010, le substantif « amour » est inscrit. Pour sortir un peu du sérieux, en raisonnant par l’absurde, l’amour sur la place publique serait donc un droit constitutionnel, parce que « amour » il faut ?

Les institutions sans pouvoir

Autres choses incompréhensibles dans ce projet, c’est la création d’institutions en tous genres. J’estime que par rapport au fonctionnement du monde d’aujourd’hui, à moins de vouloir créer une dictature, on aura du mal à ne pas adopter le triptyque du pouvoir Exécutif, Judiciaire et Législatif.

À partir de là, je ne comprends pas très bien quelle est la finalité de créer des institutions supplémentaires qui ne seront détentrices d’aucun de ces 3 pouvoirs. On a l’impression que là aussi, on est parti de bons sentiments en se disant qu’il faut que le maximum de gens participent au pouvoir (pris dans son sens de la bonne marche de la Nation et non dans son sens habituel chez nos politiques). Ces pseudo-institutions non plus ne résisteront pas à la pratique et au temps. Des tas de questions pratiques vont s’avérer difficiles, conflictuelles ou carrément insolubles : méthode de nomination, de fonctionnement, d’intervention, de renouvellement,…

Si on voulait médire et conclure hâtivement (sans jeu de mots avec la HAT, quoique), on pourrait dire : la notion de temps a été oubliée ; car contrairement à ce qu’affirme le Président du CCC, ce projet est bien issu et pensé plus pouvoir de Transition que Nation. On devrait donc parler de Constitution à Durée Déterminée ou CDD. Les innombrables institutions sans pouvoir, c’est juste pour essayer de faire vivre le maximum de gens sur le dos des contribuables d’un pays aussi pauvre.

Le mot « fitiavana » doit être évoqué car c’est le nom de l’association de Mialy Rajoelina. Comme on dirait dans la pub de l’Oréal, « parce qu’elle le vaut bien » ?

Depuis le début, je dis que ce n’est pas d‘une nouvelle Constitution ni d’un nouveau numéro de République que nous avons urgemment besoin aujourd’hui, mais d’un pouvoir, donc pas conséquent, d’un État légitime vis-à-vis de sa population mais aussi vis-à-vis de la Communauté Internationale à laquelle nous appartenons.

31 commentaires

Vos commentaires

  • 30 septembre 2010 à 08:04 | SOLOBAKA (#3937)

    HELLO GEORGE,

    Tu as parfaitement George.Je me demande aussi pourquoi il déraille comme ça notre ami FLORENT et dire n’importe quoi ainsi ?

    Mais entre nous George ces derniers temps, rien ne m’étonne plus de la part de ces magistrats malagasy.

    Pour FLORENT, des deux choses l’une ou bien il est payé fortement par le pouvoir HATif pour faire cette basse besogne, ou bien il est toujours obnubilé par la haine envers le président Ravalomanana (à cause de l’humilation qu’il avait subi au Canada), et savoure ses vengeances vis-à-vis de celui-ci en présentant une Constitution taillée sur mesure pour ANDRY RAJOELINA donc anti-RAVALOMANANA.

    UN SIMPLE JURISTE.

    • 30 septembre 2010 à 08:23 | Sabrina (#4247) répond à SOLOBAKA

      Oui, alors, il a parfaitement "quoi" le George ? Solobaka, vous illustrez à merveille la logique même de raisonnement et de fonctionnement de ce régime illégal : on se précipite à envoyer les messages, à diffuser des textes sans prendre même pas le temps de relire au moins une fois ce qui a été tapé sur le clavier. Ils ont fait pareille je crois quand ils ont bouclé à la hâte ce texte sans la moindre logique constitutionnelle ni juridique aucune. Comment peut-on en effet déterminer la "volonté populaire" que par la voie des urnes ou à travers l’expression de l’intérêt général défini par les représentants légalement élus par ce même peuple ? Vous avez parfaitement raison, Mr Georges de souligner ce trait d’incohérence qui caractérise l’ensemble de ce projet de Constitution pourrie. Désolée, mais je n’ai point d’autre mot pour qualifier ce texte inutile et absurde.

    • 30 septembre 2010 à 14:06 | razafi (#1661) répond à SOLOBAKA

      En réponse à votre question SOLOBAKA, je penses qu’il y a un peu des deux car l’un ne va pas sans l’autre lorsqu’on suit la logique de la HAT. Plus on est anti-Ravalomanana plus on gagne ! On a une courbe exponentielle...

  • 30 septembre 2010 à 09:29 | lalatiana (#1016)

    Merci de cet avis éclairé Georges ...

    • 30 septembre 2010 à 12:00 | rabri (#2507) répond à lalatiana

      "Comme j’ai fait plus d’études scientifiques que juridiques (bien qu’ayant fait les deux, et pratiquant le droit de par mon travail de tous les jours),..."

      ALEFA RA TONTON GEORGES AN !!! On finira par tout connaître de vous : les études, les occupations professionnelles, les intentions de votre fils (édito précédent), il ne reste plus que la vie sentimentale ( A QUAND ???)... pour finaliser le scénario du prochain film d’un copain LOL !!!!!

      ALEFA RA TONTON GEORGES AN !!!

    • 30 septembre 2010 à 14:42 | râleur (#3702) répond à rabri

      rabri personnifie le débat comme il personnifie son idole,

      C’est tout ce qu’il a retenu de l’article c’est le parcours du tonton

      Alefa Rabri, avec votre esprit critique très auguisé, le pays avancera vers des lendemains meilleurs. Je suis sûr que vos idoles ils ont les mêmes raisonnements

      alefa rabri

  • 30 septembre 2010 à 09:48 | observatrice (#2065)

    la disparition du mot "liberté" remplacé par "fitiavana" dans la Constitution est très significative de l’Etat de non droit et la porte ouverte a tout abus d’autorité . Par amour, on peut tout justifier, même la haine.

    • 30 septembre 2010 à 11:34 | Sabrina (#4247) répond à observatrice

      Mais oui, c’est ça. C’est une Constitution Peace & Love, Bizounours & Cie, Bisounoursland National Republic.

    • 30 septembre 2010 à 13:39 | rabri (#2507) répond à Sabrina

      fitiavana —> fihavanana : cela correspond plus à la devise de notre société d’origine, non ???

      liberté : apportée par la colonisation et reprise en 1960, qu’est ce que cela nous a apportés depuis 50 ans ??? liberté de VIOLER LA CONSTITUTION et de VOLER LES RICHESSES DU PAYS !!

      Sabrina, observatrice : 2 femmes qui privilégient la liberté (*) à l’amour ???? sont-elles vraiment représentatives des femmes malagasy ??? bien sûr que NON !!!

      (*) être une femme libérée, tu sais, c’est pas si facile ....( A MEDITER !!)

    • 30 septembre 2010 à 16:08 | kakilay (#2022) répond à rabri

      J’avoue que je ne comprendrais jamais ce type de raisonnement :

      J’ai respiré pendant 50 ans : je suis resté pauvre. Donc j’arrête de respirer.

      Raisonnement très répandu dans un certain camp, raisonnement que ce camp trouve comme le summum du raisonnement humain.

      Et vous vous étonnez pourquoi le kalach fait office de logique chez eux, et "point barre" la critique de la raison politique...

    • 30 septembre 2010 à 21:08 | râleur (#3702) répond à rabri

      rabri,

      ta société d’origine se trouve quelque part dans le riff de l’est africain. La pauvreté de vos interventions sont affligeantes.

      ce que vous trouvez à dire c’est de parler des personnes, jamais des idées. Remarquez qu’à partir de là, on comprend votre vénération pour un pauvre type qui a eu du mal à avoir son brevet.

      Vous avez au moins des idées (issues du cerveau secondaire et non primaire) ?

      Idolatrez, comme vous voulez, mais apparement, le sort de la patrie vous est étranger

      Pauvre de vous ! à mon avis, changez votre pseudo en cabri, cela nos fera des chèvres

  • 30 septembre 2010 à 10:30 | zaka (#1418)

    Le scénario a été calculé,, quant à son déroulement : conférence nationale et élaboration d’une Constitution.
    - La "conférence Nationale" est la partie théatrale, évènementielle, qui avait pour but de frapper l’opinion, de "sensibiliser" la communauté internationale sur la bonne volonté du pouvoir en place. Malheureusement, le monde exterieur n’est pas dupe, car la ficelle est un peu grosse ; on ne trompe pas les gens d’expérience et matures.
    - La deuxième partie du scénario est la "livraison d’une Constitution qui a probablement été déjà élaborée bien avant la conférence nationale par des juristes "maison" affidés au régime ; la précision de la limite d’âge du candidat à la présidence est tellement grossière et risible qu’il n’est pas besoin de faire une analyse de cette "pseudo constitution" rédigée à la va vite juste pour les besoins du régime Rajoelina.
    - Madagascar est devenu un état folklorique de non droit.

  • 30 septembre 2010 à 10:37 | meloky (#637)

    Oncle Georges,

    Bonne analyse, mais un peu decliné vers un criticisme potentiellement negative !

    Oncle Georges doit aussi accepter que la constitution revele la vision principale pour l’avenir de la nation.

    C’est aussi une vision et patrimoine qui characterisent vraiment la malgacheité de la République.

    Loin d´être un copier - coller !!!!mais elle cible les meilleurs pour tous les citoyens.

    Seulement, la constitution doit accepter la langue anglaise parmi les langues officiels pour assurer notre ouverture dans le monde !

    • 30 septembre 2010 à 12:13 | râleur (#3702) répond à meloky

      Meloky,

      Vous dites :
      ’’une vision et patrimoine qui characterisent vraiment la malgacheité de la République’’’’

      C’est vraiment ce que souligne Tonton ici. Une Constitution c’est un texte juridique, la loi fondamentale. Ce n’est pas pour étaler ses états d’âmes, ni ses visions ni ses patrimoines.

      Le nouveau Président de 2016 ne sera pas d’accord avec votre vision de 2010, donc il doit changer la Constitution ? Vous êtes sûre que la ’’vision’’ comme vous dites est quelque chose qui traverse le temps sans changement ? En 2022 on en sera à la 10è Constitution car chaque pouvoir aura ’’sa vision’’ ?

    • 30 septembre 2010 à 18:08 | meloky (#637) répond à râleur

      Mr Râleur, on doit être pragmatique, pour resoudre ces problèmes et traverser cette période difficile sans tuer davantage les compatriotes ! Un minimum accord entre les forces vives (dans le pays sans oublier le futur des éxilés) doivent apporter pour sauver le marque de nos pays !

      Il y a tjrs des moyens pour embellir ou bien amender la constitution, si toutes les institutions seront érigées et fonctionnent avec ses éffectivités/efficacités. Dans ce cas, le principe de balance et contre balance sera à bon port !

      Mais pour le moment, que nos rôle est de mettre quelque chose en place ou bien initier l’Etat de droit à partir d’une nouvelle constitution !!!!!!!!

    • 30 septembre 2010 à 18:57 | basyvava (#4699) répond à meloky

      O ry Meloky,

      Azafady tompoko mba azavao kely ny dikan`ny hoe `Malgacheite` fa tena tsy dia mazava amiko. Ilay bandy lehiben`ny FIVMPAMA iny mantsy no milaza anio matetika fa tsy fantatro lery de aleoko ianao no anontaniana. Le bandy iny koa tena nahazo vahana be satria sady Prezida ny ARO izy no Lehiben`ny `Fonds d`entretien routier`. Mandeha tsara ny bizna vao niala R8 an !.

      Ando Rabekoto.

    • 30 septembre 2010 à 21:02 | râleur (#3702) répond à meloky

      Meloky,

      Pragmatique : encore des sentimentrs. Je vous assure, lisez les livres de 1ère année de droit. Vou sverrez. être paragmatique c’est un sentiment. être paragmatique aujourd’hui, ce n’est pas l’6etre demain. On change la Constitution pour être pragmatique en 2012 ?

      La Constitution est une règ ;le de droit, vos états ames doivent en être exclus.

      Bin sang, avant de critiquer, aller à la libraire St Paul, vous avec des livres de droits pas chers pour vous initier

  • 30 septembre 2010 à 10:38 | sylvana (#4751)

    Tout à fait d’accord avec Georges.

    Et j’ajoute que Madagascar est face à deux grands problèmes : les dirigeants (ou dirais-je les pirates) qui ne sont qu’une bande d’incompétents d’un côté , et les dirigés de l’autre

    1) bon nombre de Malgaches n’ont jamais su mettre en pratique les savoirs acquis. Ils ont beau être chargés de diplômes mais rien n’évolue car tout est juste stocké dans leur tête et rien de plus.
    donc pour moi ces genres de personnes sont restés au même niveau que les ignorants, donc des incompétents
    2) le peuple a toujours été considéré comme des attardés, crédules et sans idée, et je pense qu’avec le temps, bon nombre de Malgaches ont fini par le devenir !!! ce qui va renforcer la crédibilité de la bande d’incompétents
    3) "olon’ny fo ny Malagasy" : je dis tout simplement que les Malgaches font parler leur coeur avant d’utiliser leur tête, ce qui fait qu’ils sont facilement manipulables, il suffit trouver les bons mots pour le faire avaler des ordures, les faire faire n’importe quoi qui mène à leur propre perte !!
    4) Etant donné que la majeure partie des Malgaches ignorent le vrai sens de la "politique", vu qu’il n’ y en a jamais eu dans notre pays, cette majorité raisonne comme ceci :
    "La politique ça ne concerne que les dirigeants, c’est mauvais, il ne faut pas y tromper son nez. Le rôle du peuple c’est d’affronter la dureté de la vie./."
    Donc cette majorité ne se posera pas trop de question sur le pourquoi et le comment de la manière dont est dirigée le pays...
    Ceux qui essaient de s’exprimer, qui osent défendre leurs idées et qui osent crier l’injustice, les malversations, ... les maux de ce pays sont souvent traités de "fanatiques" par le peuple lui-même, et de "mpanakorontana" par les bandes d’incompétents...

    Alors où allons-nous ? Sûrement pas encore vers le réel développement durable, mais pour être tolérant je dirais à la croisée des chemins, perdus au milieu de l’avancée technologique, de la ruée des vazaha sur nos richesses et de notre pauvreté d’esprit !!

    • 30 septembre 2010 à 14:52 | razafi (#1661) répond à sylvana

      Je cite :

      "« La politique ça ne concerne que les dirigeants, c’est mauvais, il ne faut pas y tromper son nez. Le rôle du peuple c’est d’affronter la dureté de la vie./. » "

      Ce point de vu est partagé par une grande majorité de malgache surtout dans la classe moyenne et les pauvres. On a l’impression que la politique n’appartient qu’à des élites et donc qu’ils ne se sentent pas concerné par cette politique.

      Le problème est là ! Ce n’est ni un problème de mentalité ni un problème de culture car en analysant bien et en ayant côtoyé pas mal de ressortissants étrangers (européen, américain, asiatique et indien) les malgaches sont vraiment des sages. Je ne suis pas ethnologue et je n’ai aucune compétence sur le sujet mais ce qui caractérise le plus un malgache (à l’étranger et à Madagascar via les reportages) c’est son sourire, sa nonchalance (mora-mora), son intelligence et son réserve.

      Un malgache (dans sa globalité car on a quand même pas mal de contre exemple) est très sage et même très modeste. Et cette sagesse, cette écoute de l’autre et cette modestie d’esprit est parfois (à tort) interprété comme faiblesse surtout venant de personnes à éducation plus "occidental" (où c’est toujours le plus fort qui gagne et qui, de part sa bonté, protège les plus faibles). Lorsque j’étais en France, on m’a souvent demandé pourquoi on voit très rarement un malgache s’énervé ? Ma réponse a été toute simple et tout naturel, "parce que c’est un malgache".

      Cette situation dans laquelle on se trouve actuellement, illustre bien les caractéristiques que j’ai cité plus haut. On n’est vraiment pas un peuple à sang chaud, on n’est pas un peuple agressive, on n’est pas un peuple qui dit haut et fort ce qu’on pense tout bas. On est un peuple calme, sage et à l’écoute des autres. Je dirais même qu’on l’est trop à l’extrême car cette absence de manifestation populaire est vraiment suspecte.

      On ne fait pas de la politique à Madagascar comme on fait de la politique ailleurs. Il faut inciter beaucoup plus les malgaches à faire de la vraie politique. Il faut que tous politiciens de tous les bords qui font de la politique pour gagner des sou (argent) arrête de faire de la politique car ils détruisent l’image de la politique et surtout de MAdagascar. Actuellement, la politique que nous avons hérité de la France-Afrique, est la politique du ventre. Hors cela n’est pas le vrai image de la politique (à l’image de la récente conférence national qui a eu lieu).

      Un jour, les malgaches se réconcilieront (vraiment TOUS les malgaches) et un président issu d’une élection présidentielle "transparente" et "sans fraude" sera au pouvoir (ce n’est pas demain mais bon...). J’espère qu’il aura l’intelligence de se pencher sérieusement sur "LA" ou "THE" constitution qui ira bien aux malgaches. La seule unique sur laquelle on se basera pour construire enfin une vraie république malgache. Une constitution simple dans lequel chaque malgache pourra se reconnaître quelque soi ces penchants politique. Une constitution élaboré par de vrai technicien qui auront pris le temps de faire de vrais analyses sur Madagascar et son peuple.

      On n’aura alors plus personne pour dire « La politique ça ne concerne que les dirigeants, c’est mauvais, il ne faut pas y tromper son nez. Le rôle du peuple c’est d’affronter la dureté de la vie./. »
      mais plutôt des « je pense que ...., je suggère que...., j’ai envie que.... » bref, une vraie participation de tout le monde. Il faut tendre vers cette politique participatif. Les idées sont nombreuses mais ils ne sortiront jamais si ce sont toujours les gros vendre qui décident à notre place.

      En attendant, nous pouvons toujours rêver et s’attendre à 2 ou 3 ans encore avec la HAT.

      Bonne journée à tous !

    • 30 septembre 2010 à 18:57 | HINDY (#1781) répond à sylvana

      Je dirais que le début de solution à tous ces problème est justement la "LIBERTE". Liberté de s’exprimer, de critiquer, ...etc. Tout ce beau monde qui ne disent rien croyez vous qu’ils n’ont rien à dire depuis 50 ans ? S’ils ne disent rien ce n’est pas parcequ’ils consentent mais au contraire ils ne sont pas d’accord. Si vous avez l’expérience des réunions en milieu rural vous aurez tout compris. L’expression "qui ne dit mot consent" n’est plus valable sans "liberté de dire ce que l’on pense" même si tout le monde peut faire "l’Amour" comme bon lui semble.

      Les gens savent que de tout temps il y a eu des prisonniers politiques (sauf peut être au temps de Zafy Albert) et on se tait.

  • 30 septembre 2010 à 11:25 | Jacques (#434)

    Malheureusement, Oncle Georges, c’est comme cela que ça se passe dans toute république bananière qui "se respecte". Avantage conséquent donc aux pseudo-dirigeants parce que le vahoaka crédule ne comprendra pas le contenu de ce texte. Il ne saure même pas ce que recèle l’article 50 qui permettra à Rajoelina de changer d’avis dans quelque temps et de se présenter à l’élection présidentielle.

  • 30 septembre 2010 à 12:21 | da fily (#2745)

    Et on continuera d’entretenir les ulcères : " age de candidature ramené à 35 ans"

    le tgv est selon l’humeur de son état gastrique : avec de telles constantes variations, on peut conclure à un transit intestinal perturbé et variable, induisant chez le sujet des variations d’humeur préjudiciables à la constance dont nous sommes en droit d’attendre ! Le sujet nous prend accessoirement pour de creuses outres bonnes à fourrer de toutes fadaises lui passant par le ciboulot, le lapin en chef continue de farcir le peuple qu’il prend pour un dindon.

    Il est admis que nous avons une girouette en guise de dirigeant, une girouette en pirouette constante à la merci de courants tantôt contraires, tantôt emballés, il ne peut rien sortir de stable de tout ça, à vouloir brasser du vent et favoriser les courants d’air, on serait tenté de souhaiter : "autant en emporte le vent" pour que la tourmente enfin apaisée laisse la place à la sérénité. Est-ce que nous continuerons à plier tel le roseau, et s’arc-bouter contre vents et marées ? Car il est clair que nous suffoquons par ce manque d’air respirable, un comble quand on voit que d’autres, sans vergogne, n’en manquent nullement !

    • 30 septembre 2010 à 15:27 | Ayna (#1971) répond à da fily

      Oui da Fily, mais dans ton élan et ta verve habituelle, tu oublies que la République Malagasy sera quand-même sauvée par... l’Amour, excusez-du peu. Qui oserait se lever contre ça ? Même pas Benoit XVI !
      Après tu peux crever la g...béante, tu n’auras plus qu’à appller ta copine l’eau fraîche.

    • 30 septembre 2010 à 16:22 | kakilay (#2022) répond à Ayna

      Martin Luther King disait à peu prés ceci en s’adressant à ses adversaires : on ne vous demande pas de nous aimer (les noirs) mais de nous respecter.

      Respecter la loi : personne n’est obligé d’aimer qui que ce soit. Et ne pas aimer quelqu’un n’est pas un délit. Ne pas respecter les libertés individuelles, oui.

      Le hic, c’est qu’on trouve déjà éparpiller dans la nature les suppôts de cette aberration : et il jure la main sur le cœur (!) que c’est par amour du peuple (encore !) qu’ils trouvent l’idée géniale !

      Soupir (!)

  • 30 septembre 2010 à 13:14 | sissi (#3685)

    Bonjour.

    Beaucoup continuent à se demander pourquoi ce projet n’ait pas d’abord été présenté au « directeur général et correcteur en chef des fautes de la HAT »( il vient de monter en grade, mada-tribune se voit donc contraint de lui trouver un autre remplaçant), plutôt qu’au PM Vital qui est trop occupé à courir après les bois de rose, pour encore trouver le temps de relever les différentes fautes ou les mauvaises tournures des phrases ainsi que les nombreuses incohérences et contradictions que contient ce projet de Constitution bidon et bidonné à la vitesse TGV.

    Courage Monsieur le Directeur Général, il y a du boulot et le temps joue contre vous, si ce projet final devait être officialisé avant samedi.

    Je partage avec G.R que l’urgence n’est certainement pas dans la précipitation de changer de numéro de république en votant pour un projet de Constitution irréfléchi. C’est un faux problème pour noyer le vrai qui aurait du dès le départ consister à faire sans attendre les différentes élections.

    Mais cela n’aurait peut-être pas arrangé les affaires des vautours et autres rapaces.

    Dans un pays où la brosse à reluire a pris la place du droit et du bon sens de la part d’un président du CCC, dans un pays où un ancien président de la HCC a fait du putsch et de « l’extra-constitutionnalité », un mode de gouvernance à sa mesure depuis 2 décennies, il ne faut plus s’étonner que rien ne va plus à Madagascar.

    Qui va oser parier que notre professionnel en « extra-constitutionnalité », en coulisse, tel un sous-marin insubmersible, ne serait pas déjà en train d’aiguiser ses armes pour le remplacement d’une marionnette qui commence à devenir un petit peu beaucoup encombrant.

    Espérons pour autant pour lui, que Alzheimer aigu qui semble toujours l’atteindre pour lui faire oublier ses déboires électoraux passés pour récidiver à chaque fois dans ses coups bas, ne lui fera pas oublier que le peuple qui n’a jamais été dupe ou idiot, n’en déplaise, l’attend patiemment au tournant.

    « La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent »A.Einstein.

    La voix des urnes est impénétrable, et ce ne sera pas avec les mêmes procédés de manipulations du droit ou de « l’extra -constitutionnalité », qui ne font plus recette depuis belle lurette, qui vont changer grand chose, face au choix et à la sagesse du peuple malagasy.
    Sissi

  • 30 septembre 2010 à 15:29 | Rakoto (#1922)

    Ce projet de constitution vaut rien parcequ’elle a ete redigee par un governement de transition illegal, non reconnu internationalement. Alors ca ne vaut pas la peine d’avoir toutes ces discussions. Le pays va jetter de l’argent par la feneutre pour une election invalide. Sorry Rajoelina but no country has accepted your pseudo conference nationale. Might as well impose it or just ask your 4000 servants paid in Ivato to vote for it. You will save money that way !!!

    • 30 septembre 2010 à 18:21 | meloky (#637) répond à Rakoto

      Tsy misy tsy diso izay mandia ny tany,
      F’izay mivary lavo anie no mahantra indrindra !

      Or’ilay Rakoto oh ! Dia ho aiza izany ty ianao miaraka amin’ity rezatra be entinao ity ! Aza dia aroboka an-kady r’ilay Rakoto ny vahoaka fa na ianao io na ny vahoaka anie dia tsy hoaiza fa hifankahita eto ihany isika rehetra !!!!

      Fa ny anao angamba dia efa ady tadiavina kosany !

      Fa taiza tokoa moa ianao ity no nahita transition ka izay niala teo ho faly raha ny vahoaka no nandaka azy fa toa za-komana sy manao azy ho dadany !

      Angamba HENDRY LAHY NY GASY MILAZA HOE : IZAY MANGINA VOLAMENA !!!

  • 30 septembre 2010 à 17:52 | ikopa (#671)

    Le Florent,président du CCC dont on parle ici, est un des juristes qui a aidé Ra8 à valider son "putch" constitutionnel contre Ratsiraka en 2002. Il a juré par tout ses bons dieux et sur la bible que Ra8 était bien "L’ELU" du peuple malgache.

    Et ne revoilà-t-il pas en train de refaire le même scénario, se courbant devant un "gamin-président", attestant du fait même qu’il porte la toge des hommes de loi que, en quelque sorte, Rajoelina est le nouveau "ELU" de la Nation malgache ?

    C’est à se demander quel est la vraie motivation de ce brillant juriste national. Est-ce, faute d’une reconnaissance de ses valeurs en temps de paix par les GRANDS, il se précipite à vendre ses services aux "pirates" politiques en temps de "guerre" afin de jouir d’un semblant de notorieté. Etre enfin sous les projecteurs, être reconnu comme un homme de loi faiseur de roi. Et raconter à femme et enfants, une fois à la maison que Papa est enfin rehabilité à sa vrai place.

    Il y en a qui font honte à leur corps de metier, à la Nation toute entière !

  • 30 septembre 2010 à 18:21 | basyvava (#4699)

    Misaotra an`i dadatoa Jojo nizara ity lahatsoratra ity. Araky ny ambarako matetika dia mampalahelo fa ny olona manana internet ihany no mba hafaka mamaky sy manome hevitra eto. Ny mba eritreretiko fa anjarabirikiko dia ny mizara ity lahatsoratra ity amin`ny havana, tapaka sy namana, hadika amin`ny teny gasy raha ilaina. Raha toa ka miezaka mizara amin`ny havany daholo ny olona tsy mankatoa izao zavatra mitranga izao dia mety hiova ihany ny fihodin`ny tantara, tsy mila maneho hevitra eo @ 13 may. Miala tsiny amin`ireo rahalahy, anabavy manompo ny fitondrana Fat fa tena efa leo izahay, tsy mazava ny lalana ombana, tsy izao zavatra mitranga izao mihintsy no nampanantenana teny, tena mahadiso fanantenana. Samy manana ny heviny isika ary samy mahalala ny tolona tokony ho atao hanafahana ny tanindrazana @ ny devoly. Inona izao no antony nanesorana ny teny angilisy tao @ lalampanorenana ? Fa mba olona firy eo amin`izao tontolo izao no miteny frantsay ? Rehefa nesorina ny teny angilisy dia tokony nesorina koa ny teny frantsay, sa ohatrinona indray no nomen`i reny malala an-draBazily sy ny tariny. Sao dia mora loatra ny amidiananareo ny tanindrazana ? De ahoana ireny olona maty t@ 7 febroary ireny ? Maty ho an`i Lafrantsa ?
    Fantatro fa mamaky an`itony ny olona akaiky mpanolotsaina ny filihan`ny HAT, izao no afatro : mbola fotoana izao ahafahana mandinika ary miverin-dalana, tandremo fa misy fetra ny faharetan`ny malagasy, aza handrasana hiakatra ny tosi-dran`ny malagasy vao hangataka famelan-keloka. Aza hadino ny nataonareo t@ R8, mety ho sedarinareo koa ireny hatsy ho hatsy. Enga anie tsy hisy izany satria rahalahy ianareo ary olona misaina.

    Ando Rabekoto.

  • 30 septembre 2010 à 19:48 | Tanindrazana (#3224)

    Merci Tonton Georges pour ces reflexions pertinentes. Ce qui me fait peur pour l’avenir de notre pays est qu’on a perdu au fil des ans nos ideales et nos morales. On a tendance a accepter que pour changer, il faut passer par la brutalite et l’insense. Cette contradiction est valable avec ce regime et tout ce qu’il entreprend. Je n’avancerai aucun exemple car il y en a plus qu’il n’en faut. Alors, on devoilant ce semblant de constitution issue d’une conference nationale, je vois plus la contradiction que la volonte reelle de sortir Madagascar de la crise. Observons ce qui se passe dans ce forum de Tribune Madagascar....analysons les manipulations des differents regimes successifs....comparons la justice avec notre ministere de la justice. ....critiquons le developpement par rapport a la pauvrete qui existe.... Bref, tout est contradictoire et il me semble que nos problemes fondamentaux ne se trouve pas dans la constitution mais dans cet Etre Malgache. Le mal est en nous mais on ne veut pas le reconnaitre. Pour moi, la seule facon de regler cette crise c’est de contrer cette contradiction afin de degacer une lueure d’espoir chez le Malgache. En un mot. ce n’est pas en redigeant une meilleure constituion qu’on va regler les differents entre Ravalomanana et Rajoelina, Rajoelina et Ratsiraka, Zafy et Rajoelina, Ravalo et Pierrot, Monja et Rajoelina, Pety et Ravalo. d’autant plus que l’unique constitution en question ne represente pas du tout l’unanimite ou du moins la majorite. Elle n’est que le reflet de son maitre et non celui du peuple Malgache. L’ideal pour nous c’est un Madagascar nouveau et non un grand Manitou pour un peuple. Revenons a la morale pour batir une harmonie de notre monde... Pardonnons et reconcilions avant ’d’etablir une vraie constitution d’ Amour et de Developpement.

  • 1er octobre 2010 à 02:52 | joba (#4754)

    Miarahaba anao ry Dadatoa Ra-Georges, tsy nanam-potoana namaliana ilay « Critiques acerbes, humour au vitriol, dérision et autres choses utiles » ka @ ity no manovokovoka sady mitondra ny anjara-biriky @ lalàm-panorenana.

    Vitsy @ malagasy no hahita ilay volavolan-dalàm-panorenana, izaho manokana dia izao ao vao mba namaky izany atr@ izay fa rehefa mba metimety @ tena ilay nanolotra azy dia lasa izao.

    Isika malagasy moa mora entim-po izay ka aleo ety am-boalohany dia efa mifamarapara fa raha misy tsy mety aminao mpamaky mba hihafio ao aloha.
    Lava ny resaka ka mahareta.

    PRÉAMBULE
    Le Peuple malagasy souverain,
    Affirmant sa croyance au Dieu créateur,

    Dia ahoana i Dadatoa Ra-Georges ? Toa voadaka am-bava fo aty am-boalohany sa ny athées dia tokony hanana ny lalam-panorenany manokana ?

    Convaincu de la nécessité pour la société malgache de retrouver son originalité, son authenticité et sa malgachéité, et de s’inscrire dans la modernité du millénaire tout en conservant ses valeurs et principes fondamentaux traditionnels basés sur le fanahy malagasy qui comprend « ny fihavanana, ny fifanajàna, ny fitandroana ny aina, ny marimaritra iraisana »,

    Efa nanontaniana ve ny Akademia ny @ ity “riz cantonnais” ity ?

    Conscient qu’il est indispensable de mettre en œuvre un processus permanent de réconciliation nationale et d’instaurer à cette fin une Institution neutre et impartiale,

    Sao dia mba torian’ny Filoha Zafy Albert @ io fa misy Copyraitra io ? Efa hoe Pirate No !

    Article premier.- La société malgache hérite de la sagesse ancestrale basée sur le « fanahy malagasy » qui privilégie le « fihavanana », un cadre de vie permettant un « vivre ensemble » sans distinction de région, d’origine, d’ethnie, de religion ni de sexe.

    Avy @ “riz cantonnais” dia “vary @ anana indray”, rahoviany ny koba ?

    Article 2. –
    1 - Le Cercle de Préservation du Fihavanana (Seha-piahiana ny Fihavanana) veille à la prévention de crise et de conflit de toute nature pouvant porter atteinte aux vertus des valeurs ancestrales entre les Malgaches en vue de préserver l’unité nationale.

    Mibaradaka ny mpihevi-draharaha sy ny ministry ny fanadaniam-bola ato an-trano hoe ahoana indray ny fandoavana ny karaman’ireto ? Sa solon’ny HIMO io @ famoronana asa ?

    2 – Le Cercle de Préservation du Fihavanana est composé de Raiamandreny ou Olobe représentant, à parité égale entre hommes et femmes, les associations ou organisations traditionnelles et socioprofessionnelles de toutes les provinces autonomes de la République. Les Raiamandreny, ou Olobe, sont choisis en raison de leur notoriété morale et de leurs compétences en matière de valorisation de la culture et des acquis traditionnels, d’une part, et en matière de prévention et de résolution des crises et des conflits, d’autre part.

    Tahakan’ny t@ fihaonambem-pirenena ve ny fitsongana ireo olo-manan-kaja ireo ?
    Ny tangalamena sy ny ampanjaka ve mifanaraka @ sata repoblikana ?

    4 – Dans les cas de détérioration du Fihavanana, accompagnés de crimes ou de délits ayant porté atteinte à la santé ou à la vie des personnes, le Cercle de Préservation du Fihavanana peut, pour le rétablissement du Fihavanana, instaurer trois comités chargés de l’aider : un comité d’enquête et de vérité, un comité de repentir et de pardon, un comité de réparation et d’indemnisation.

    Hiantso mpikabary isika hanariana ny tsiny any Betsiboka fa tsy ho tonga any Maputo ve ireny ?
    Dia soloina ny “Mifankatiava Ihany” ny hiram-pirenena ka voatandro mandrakariva ny fihavanana.

    Article 3.- Le Peuple Malagasy constitue une Nation organisée en Etat souverain, unitaire, républicain et laïc.
    Cet Etat porte le nom de « République de Madagascar ».
    La démocratie et le principe de l’Etat de droit constituent le fondement de la République. Sa souveraineté s’exerce dans les limites de son territoire. Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité territoriale de la République.
    Le territoire national est inaliénable.
    La vente de terrain et le bail emphytéotique au profit des étrangers excédant une durée de trente ans sont interdits. Les modalités et les conditions des baux au profit des étrangers sont déterminées par la loi.

    Hatraiza ny fetran’ny Tanindrazana ? I Deba t@ andronay niady mafy an’i Juan de Nova sy ireo nosy kely hafa
    Ary inona moa ny lalàna mifehy ireo tany nampiasain’ny colons fahiny ka ahoana ny momba azy ireo t@ 1960 ?

    Article 6.- La République de Madagascar a pour devise : « Fitiavana – Tanindrazana – Fandrosoana ».

    Fa ny Fitiavana no lehibe indrindra !

    Article 7. - La souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants ou par voie de référendum. Aucune fraction du peuple ni aucun individu ne peuvent s’attribuer l’exercice de la souveraineté.

    Efa vita kalamina t@ fihaonabe io fa aza mandany jiro eo e !
    Izaho mba niandry mafy lalam-panorenana hafa mba hisafidianana, any heriko dia ny tombotsoa ambonin’ny tokantranoko no harovako mafy.

    Article 13.- Les libertés d’opinion et d’expression, de communication, de presse, d’association, de réunion, de circulation, de conscience et de religion sont garanties à tous et ne peuvent être limitées que par le respect des libertés et droits d’autrui, et par l’impératif de sauvegarde de l’ordre public, de la dignité nationale et de la sécurité de l’Etat.

    Hoy ny vazaha iray izay hoe tsy mifanaraka amiko izany hevitrao izany kanefa hiady mafy mihitsy aho mba hahafahanao mamosaka azy (dikan-teny malalaka io). Zakantsika ve izany sa rehefa eo @ fitondrana dia ny fonja no atao 5 étoiles fa tsy fantatra izay hiafarana ?
    Raha misy ve ny « Outrage au Chef de l’Etat » tsy tokony hisy koa ny « Outrage à Contribuable » ?

    Article 14.- Tout individu a droit à l’information.
    Toute forme de censure est interdite

    Dia ahoana izany ny TVM sy ny RNM ? Izahay mpandoa hetra ve mba hafaka maneho ny hevitray, izahay no anisany manakarama ny mpanao gazety ao ?

    Ilay mpitandrina mampangiana zaza mitomany ao am-piangonana koa ve tafiditra @ io sa moa tsy manan-kery any am-piangonana ity lalàm-panorenana ity nohon’ny andininy faha- 4 ?

    Article 17.- Toute personne a le droit de constituer librement des associations sous réserve de se conformer à la loi.
    Ce même droit est reconnu pour la création de partis politiques. Les conditions de leur création sont déterminées par une loi sur les partis politiques et leur financement.
    Sont interdits les associations et les partis politiques qui mettent en cause l’unité de la Nation et les principes républicains, et qui prônent le totalitarisme ou le ségrégationnisme à caractère ethnique, tribal ou confessionnel.

    Izaho lehilahy ity ve mahazo miditra ho mpikambana ao @ Ampela Manao Politika ?

    Ny raim-pianakaviana(PAPA) ve afaka mirotsaka @ antoko MAMAN ?

    Raha hanangana ny GAF na “Groupement des Aristocrates Fatigués” ve dia voararan’io andininy io ?

    Ny PADESM ve azo haverina indray sa voarara koa @ io ?

    Ny ifandraisan’ireo rehetra ireo mantsy dia ny fanavakavahana.

    Article 22.- L’Etat reconnaît et organise pour tout individu le droit à la protection de la santé dès sa conception par l’organisation des soins publics gratuits, dont la gratuité résulte de la capacité de la solidarité nationale.

    Io ary ilay manahirana @ ity teny frantsay ity, efa namerina namaky in-telo aho vao nahita fa hay tsy hoe “depuis la conception de l’individu” akory no tiana ho tenenina raha tsy izany dia tsy azo nampiasaina intsony ny fimailo (anticonstitutionnel) fa afaka folo taona indray vao mety satria izay vao azo hovaina ity lalàm-panorenana ity, dia misintona ny volany indray i Bill sy Melinda Gates izay mpamatsy vola @ ireo tetik’asa mifandraika @ izany.

    Article 26.- Tout enfant a droit à l’instruction et à l’éducation sous la responsabilité des parents dans le respect de leur liberté de choix.
    L’Etat s’engage à développer la formation professionnelle.

    Article 27.- L’Etat organise un enseignement public, gratuit et accessible à tous. L’enseignement primaire est obligatoire pour tous.

    Ka raha ao @ andininy faha-26 etsy ambony tsy manan-tsafidy ny ray aman-dreny ka tsy afaka mampiana-janaka satria tsy misy ny ho enti-manana dia ho voasazy nefa ny amnistie mbola raharaha hafa koa

    Article 30.- Le travail et la formation professionnelle sont, pour tout citoyen, un droit et un devoir.
    L’accès aux fonctions publiques est ouvert à tout citoyen sans autres conditions que celles de la capacité et des aptitudes.
    Toutefois, le recrutement dans la fonction publique peut être assorti de contingentement par circonscription pendant une période dont la durée et les modalités seront déterminées par la loi.

    Inona indray ity contingentement ity ? Mangataka mpikambana ao @ Akademia mba handika azy @ tenin-drazana. Mifanipaka @ andininy faha-17 raha jerena.

    Article 32.- Tout citoyen a droit à une juste rémunération de son travail lui assurant, ainsi qu’à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine.

    Raha hadika @ teny gasy io andininy faha-32 dia hisy hisafoaka hoe iza izany manatsafa anay izany ? Ny karama aza tsy mahavita herinandro ka dignité a dignité.

    Article 33.- L’Etat s’efforce de subvenir aux besoins de tout citoyen qui, en raison de son âge ou de son inaptitude physique ou mentale, se trouve dans l’incapacité de travailler, notamment par l’intervention d’institutions ou d’organismes à caractère social.

    Inty indray dia tena hitsinjovana ireo mpanao politika izay somary sahirana ara-tsaina ka dia mila hanokanana seza mihitsy.

    Article 38.- Tout citoyen a droit à un logement décent. L’Etat facilite l’accès au logement à travers des mécanismes de financement appropriés.
    Iza avy moa no nahazo ireo villas présidentielles tetsy Ivato ?

    Article 40.- La participation de chaque citoyen aux dépenses publiques doit être progressive et calculée en fonction de sa capacité contributive.

    Iza no mandoa hetra be kokoa ? Ny mpitondra taxi sa ny tompon’ny Hummer ? Toa tsy mino aho hoe ilay voalohany.

    Article 41.- L’Etat garantit la liberté d’entreprise dans la limite du respect de l’intérêt général, de l’ordre public, des bonnes mœurs et de l’environnement.
    Afin de protéger les richesses naturelles et minières, leurs conditions d’exploitation sont soumises préalablement à l’Assemblée Nationale qui peut en débattre.

    Efa nolaniana teo anivon’ny HAT ve ny fanapahana sy fanondranana ny bolabola (bois de rose) ? Sa dia hoe hisava hahita ny raviny sy hikapa hahita ny ventiny fotsiny ?

    Article 43.- L’Etat garantit la neutralité politique de l’Administration, des Forces Armées, de la Justice, de la Police, de l’Enseignement et de l’Education.
    Il organise l’Administration afin d’éviter tout acte de gaspillage et de détournement des fonds publics à des fins personnelles ou politiques.
    A ce titre, l’Etat s’engage à instituer un organisme indépendant chargé d’observer la neutralité politique et la dépolitisation de l’Administration ainsi que la bonne gestion des fonds publics.

    Mihorohoro ny Bianco fa raikitra ny fanalalahana (libéralisation) ny sehatra misy azy.

    Article 44.- Les institutions de l’Etat sont :
    - le Président de la République et le Gouvernement ;
    - l’Assemblée nationale et le Sénat ;
    - la Haute Cour Constitutionnelle.

    T@ taona valopolo dia valalanina mihitsy izahay ny @ nilana ny HCC ka dia nomena ny anarana hoe BCC (Basse Cour Constipationnelle)

    Article 47.- Le Haut Conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit, composé principalement des anciens Chefs d’Institution jouissant de leurs droits civils et politiques et les représentants de la société civile légalement constituée, est chargé d’observer le respect de l’éthique du pouvoir, de la démocratie et du respect de l’Etat de droit.

    Tsy afaka miaro tena anga izany démocratie izany ? Izahay aty an-tanàna aty izay antsoina hoe tompon’ny fahefana aza voatera mianatra diamanga, karate sy Kung Fu fa tsy milamina ny tany.

    Article 50.- Tout candidat aux fonctions de Président de la République doit être de nationalité malagasy, jouir de ses droits civils et politiques, avoir au moins trente cinq ans à la date de clôture du dépôt des candidatures, résider sur le territoire de la République de Madagascar depuis au moins six mois avant le jour de la date limite fixée pour le dépôt des candidatures et avoir satisfait à l’enquête de moralité.

    Hentitra indray aho eto : tsy mizaka afatsy ny zom-pirenena malagasy ireo olona izay mihevitra ny hitondra ny fanjakana na handray andraikitra ambony eo @ firenena ka manary ireo zom-pirenena ankoatran’ny malagasy izay hananany.
    Mety ho tezitra izay voakasik’io fa izay aloha ny hevitro ; raha misy olana dia hampiaro ilay fanamarihana nataoko tao @andininy faha 13

    Article 52.- Avant son entrée en fonction le Président de la République, en audience solennelle de la Haute Cour Constitutionnelle, devant la Nation, et en présence du Gouvernement, de l’Assemblée Nationale, du Sénat et de la Cour Suprême, prête le serment suivant :
    " Eto anatrehan’Andriamanitra Andriananahary sy ny Firenena ary ny Vahoaka, mianiana aho fa hanantanteraka an - tsakany sy an - davany ary amim -pahamarinana ny andraikitra lehibe maha - Filohan’ny Firenena Malagasy ahy.
    Mianiana aho fa hampiasa ny fahefana natolotra ahy ary hanokana ny heriko rehetra hiarovana sy hanamafisana ny firaisam- pirenena sy ny zon’olombelona.
    Mianiana aho fa hanaja sy hitandrina toy ny anakandriamaso ny Lalàmpanorenana sy ny lalàm-panjakana, hikatsaka hatrany ny soa ho an’ny Vahoaka malagasy tsy ankanavaka ".

    Andininy fahafiry moa izany no milaza hoe @ fotoana inona no miteny gasy na miteny vahiny ?

    Article 53.- Les fonctions de Président de la République sont incompatibles avec toute fonction publique élective, toute autre activité professionnelle, toute activité au sein d’un parti politique et de l’exercice de responsabilité au sein d’une institution religieuse.
    Raha hilatsaka ho filoham-pirenena ve izany aho dia tsy maintsy miala @ maha diakona ahy ?
    Ny mpikambana ao @ Lions, Rotary sy ny sisa ve voakasik’izany ?

    Article 56.- Par suite de démission, d’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, de décès, d’empêchement définitif ou de déchéance prononcée, la vacance de la Présidence de la République est constatée par la Haute Cour Constitutionnelle.

    Eo @ fanjakana koa izany misy « abandon de poste » ? Dia mila mitondra Ray Aman-dReny ve izany raha te hiverina eo @ toerana ? I Dada izany hitondra an’I Dadabe sy I Nenibe sa I Zandry kely dia mety satria izy efa nekentsika ho Ray aman-dReny ?

    Article 58.- Le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale.
    Le Président de la République met fin aux fonctions du Premier Ministre sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.

    Ho raharaha izy io satria isika tsy mahavita manao fifidianana haingana tahaka ireo firenena mandroso ka afaka hifidy solombavam-bahoaka hahafantarana izay mety ho fifandanjan-kery indrindra moa raha fahavaratra. Ny any Belzika aza aman-taonany tsy hita izay hozany koa ! Ny soa tokoa fianatra.

    Article 60.- Le Président de la République est le Chef Suprême des Forces Armées dont il garantit l’unité. Il décide en Conseil des Ministres de l’engagement des forces et des moyens militaires pour les interventions extérieures, après avis du Haut Conseil de la Défense et de la Sécurité Nationales et du Parlement.
    Le Haut Conseil de la Défense et de la Sécurité Nationales a pour mission de veiller à la paix et de coordonner les actions confiées aux Forces armées relatives à la défense et à la sécurité. Son organisation et ses attributions sont fixées par une loi organique.
    En cas de troubles politiques graves, le recours aux forces de l’ordre par le Président de la République pour rétablir la paix sociale, requiert l’avis des autorités supérieures de la Police, du Haut Conseil de la Défense et de la Sécurité Nationales et du Président de la Haute Cour Constitutionnelle.
    Le Président de la République nomme les militaires appelés à représenter l’Etat auprès des organismes internationaux.

    HCDSN : Ireto indray ry zalahy mila homena karama koa, mimenomenona ny mpihevi-draharaha ao aoriana ao, mivandravandra ny mpitandrina.

    Article 61.- Le Président de la République accrédite et rappelle les Ambassadeurs et les envoyés extraordinaires de la République auprès des autres Etats et des Organisations Internationales.
    Il reçoit les lettres de créance et de rappel des représentants des Etats et des Organisations Internationales reconnus par la République de Madagascar.

    Mahalala tsara an’io Atoa Florent Rakotoarisoa t@ izy tany Canada koa hapetraka @ fahendreny ny momba an’io.

    Diso tokoa moa izany zavatra lazaiko izany satria ny politika dia raharaha sarotra ka tsy ho havelantsika ho an’ireo milaza azy ho mpanao politika na koa hoe sarotra ny raharaham-pitsarana ka tsy havelantsika ho an’ny mpitsara irery, maninona moa raha mba asiana ireny jury ireny aty tahaka ny any @ tany miteny englisy.

    Article 62.- Le Président de la République exerce le droit de grâce.
    Il confère les décorations et les honneurs de la République.
    Il dispose des organes de contrôle de l’Administration.

    Dadatoa Ra-Georges ah ! Ampio aho @ ity kajy ity fa sahirana mafy :
    nahenan’ny filohan’ny FAT ho antsasany (1/2) ny sazin’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana izay asa an-terivozona mandra-pahafaty, firy taona izany sisa no tokony efainy ?

    Article 75.- Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire, sauf à siéger comme indépendant pour le reste de la législature.
    En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle.
    Le député élu sans appartenance à un parti peut adhérer au groupe parlementaire de son choix au sein de l’Assemblée. La Haute Cour Constitutionnelle saisie par ce groupe parlementaire prononce sa déchéance s’il dévie de la ligne de conduite de ce groupe.
    Le régime de déchéance et les règles d’éthique et de déontologie sont déterminés par la loi sur les partis politiques et les réglementations en matière de financement des partis politiques.

    Inty izany no tena mandrindra ireo « SPF » na « Sans Parti Fixe »
    Misy olo-malaza izay ankehitriny, avy tany @ i Dada izy dia lasa ao @ zandry, nanana antoko fa tsy nanana solombavambahoaka taona maro lasa izay ary nilaza fa manana « groupe parlementaire », inona indray moa izany no anaran’izany ?
    Raha olom-boafidy @ anaran’antoko kosa no miova na miala @ ilay antoko dia tokony halana tsotra izao satria tsy mety @ safidin’ireo izay nifidy azy.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS