Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 18h30
 

Editorial

Économie, finance et monnaie : attention danger

vendredi 29 janvier 2010 | Georges Rabehevitra

En plus de la crise économique (elle est mondiale et comme notre pays n’est pas sur une autre galaxie, elle n’y échappe pas), l’année 2010 risque d’être le théâtre de grave crise financière et monétaire dans notre pays. Il ne s’agit pas ici de faire l’oiseau de mauvaise augure mais de regarder froidement la situation et l’analyser afin d’essayer d’identifier les risques.

N’en déplaise aux thuriféraires du pouvoir actuel, la situation économique actuelle de notre pays est loin d’être rassurante et celle de 2010 risque d’être pire. Si le pays reste en dehors du champs d’intervention des institutions internationales (en gros sanctionné par l’arrêt des aides budgétaires ou des octrois de prêts), le déséquilibre des comptes publics (déficit budgétaire), la baisse des exportations avec obligations de rapatriements de devises (ce qui n’est pas le cas pour les contrats miniers) donc réduction des réserves de changes, l’atonie de la demande intérieure (chômage galopant avec la fermeture des entreprises franches ou pas), une inflation importée (hausse du prix du pétrole),… sont des bombes à retardement pour l’économie en 2010 et au-delà.

Avec les nombreuses défaillances d’entreprises et des ménages, la défiance de tous les acteurs économiques (banques, entreprises, consommateurs) pourrait aller croissant et on irait vers une quasi-paralysie de l’économie.

Les projections de croissance par secteur affichées dans le budget 2010 de l’État ne rassurent pas franchement, en donnant l’impression que l’arbre "grands projets miniers" cachera la forêt du reste de l’économie.

L’autre danger : le risque de changes

Les déséquilibres macroéconomiques ne rassurant pas les investisseurs, ils vont commencer à douter du pays et par conséquent mettre à l’abri une partie de leurs liquidités et de leurs investissements. Dans ce cas, la monnaie locale fera l’objet de pression et les spéculateurs (ce ne sont pas des voyous car le mot spéculer viens du latin speculare et qui veut dire tout simplement voir plus loin) joueront la baisse de la monnaie locale car les effets de levier peuvent être importants. Si l’ariary perd beaucoup trop de sa valeur, cela renforcera peut-être momentanément la compétitivité des entreprises exportatrices, mais créera forcément, déficit chronique commercial aidant, une inflation importée (donc difficilement maîtrisable) beaucoup plus importante.

La tentation (politique et non pas du tout pour des raisons économiques) serait de faire comme dans les pays riches : créer de la monnaie en accentuant les déficits publiques, ce que l’on appelle vulgairement faire tourner la planche à billets. Mais notre pays, déjà endetté au delà du raisonnable (malgré les effacements de dettes de ces dernières années), ne peut se permettre ce genre d’exercice car on irait tout droit à la cessation de paiement (incapacité à honorer les échéances de ses dettes intérieures ou extérieures). Il existe certes d’importantes liquidités intérieures présentes dans le système financier, mais pour ce qui est des devises étrangères, l’accès sera bien plus difficile. De toute façon, dans l’état actuel de notre situation économique, toute création monétaire non reliée à la vraie performance économique du pays (exportation, hausse de la demande intérieure,..) est un quasi-suicide. Là où je m’inquiète c’est que l’on commence à parler de billets de banques avec des signatures différentes, sans qu’on ait idée des volumes ! Simple remplacement de routine ou accroissement des volumes ?

Le risque est donc grand pour que notre pays se trouve en situation de surendettement et comme les bailleurs n’interviendront pas à cause des sanctions, suite aux évènements politiques, le pays n’aura plus tard qu’une solution : ne pas honorer le paiement des engagements extérieurs, soit une quasi-faillite.

Je vous laisse imaginer les conséquences terribles d’une telle situation, si elle se produisait. Les politiques, qui croient au miracle en économie, iront vers des délires type, collectivisation/nationalisation ou autre financement parallèle !

Pour qui s’intéresse au plus près à l’économie, veuillez vous référer aux crises qui ont eu lieu dans différents pays, à différents moments, qui ont connu exactement cette spirale infernale dûe aux risques des changes et la spéculation qui a suivi (peso argentin, peso mexicain, bath thaïlandais,….). Vous aurez la preuve que cela ne relève pas de la science fiction mais de l’histoire économique.

Cela fait froid dans le dos, sauf peut-être à ceux qui pensent que notre pays n’a pas besoin d’aides internationales (sous quelle forme que ce soit), pour cause de « fierté nationale » ou autre orgueil mal placé. A ceux-là, je dis sincèrement : il faut en assumer toutes les conséquences.

19 commentaires

Vos commentaires

  • 29 janvier 2010 à 08:14 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    "Miala an’Ankatso dia Ambohidempona" raha tsy kinga sy mailo dia izay no vita toy ny "sokina nanani-bato ka tampindalan-kaleha"

    • 29 janvier 2010 à 08:32 | Noue (#2427) répond à LE VEILLEUR alias L'EVEILLEUR

      - Cela fait froid dans le dos, sauf peut-être à ceux qui pensent que notre pays n’a pas besoin d’aides internationales (sous quelle forme que ce soit), pour cause de « fierté nationale » ou autre orgueil mal placé. A ceux-là, je dis sincèrement : il faut en assumer toutes les conséquences.

      Ka ry kelifingotra lavanify sans qualité anie hono be vola be dia tsy mila izany aides internationales zany ee !!!! arrogance , fierté pour rien , misehoseho hoe mahavita azy nefa ny fitiavantena no be !!!

      NON ! je ne crois pas à un seul instant que ce lavanify a eu une minute de pensée pour toutes ces personnes qui ont perdu leur travail à cause de ses anneries !!

    • 29 janvier 2010 à 09:38 | rabri (#2507) répond à Noue

      "Kelifingotra, lavanify, ..."

      Je me demande de quoi est fait LE PLASTIQUE de cette Noue : la petite huitre bretonne sans qualité gustative (en malgache : Matsatso be beurkkkkkkk !!!!)

      Dia mba ahoana hoy ingahy Breton ???? ha ! ha ! ha !

    • 29 janvier 2010 à 10:09 | Liberty (#3679) répond à Noue

      Noue ! A propos de "SANS QUALITé" je vous conseille la lecture d’un ouvrage fort intéressant : "L’homme sans qualité" de Robert Musil (1930). Il vous aidera peut-être à avoir d’autres regards sur le monde et à développer d’autres arguments dans vos futurs posts. Bonne lecture.

  • 29 janvier 2010 à 08:28 | diego (#531)

    Bonjour,

    Même si on ne connait pas grand chose en économie, votre éditoriale explique en long et en large les risques à court et à long terme que si on fait rien le pays risque gros, il y a donc urgence, mais......

    - vous pouvez compter sur la HAT ET SON CHEFS ET SES CONSEILLERS pour vous contre dire,

    - comment arrivez-vous à discuter et raisoner des gens qui vous soutienent que notre pays n’a nullement besoin des bailleurs des fonds : c’est le dire de Mr. Roiendefo et Rajoelina, vous vous rappelez ?

    - nos hommes politique ne sentent pas les difficultés de la population que lorsque les gens sont au bord de désespoir et commetent l’irréparable et c’est sans fin..

    Les entreprises qui ont les reins solides resistent toujours mais les petites non, et qui sont les petites, la plus part de temps sont tenues par nos compatriotes.

    Pour traiter les problèmes, il faut déjà que nos hommes commencent à reconnaitre que PROBLEMES IL Y A. Et il y a eu de plate forme pour UNE TRANSITION, mais on l’a refusé, on l’a enterré.

    N.B. : rabri, je ne suis pas un intélectuel, je ne suis pas plus intelligent que vous autres, par contre je parle une language simple ; vous êtes en train de se lever, moi, je vais dormir et quand vous êtes sur votre ordinateur, je suis au boulot !!!!

    rakoto09, je n’ai pas un mentalité d’assisté, je faisais partie de 70% de Malgaches qui se levaient tôt pour aller au champs.....

  • 29 janvier 2010 à 09:22 | PLUS QU’HIER ET MOINS QUE DEMAIN (#1532)

    Bonjour,

    Contrairement à vos articles précédents très sulfureux, on retrouve ici le vrai Monsieur RABEHEVITRA avec ses visions pragmatiques et ses analyses objectives.
    RAS

    • 29 janvier 2010 à 11:23 | meloky (#637) répond à PLUS QU'HIER ET MOINS QUE DEMAIN

      Disons ses visions pragmatiques et objectives ! Mais òu se sont ils cachés au cours de l’année 2008 pour éviter dûment la racine de ce mouvement populaire !

      Bien sûre, ce sont plutôt des belles ironies et hypocrisies que des analyses objectives ; Leurs intentions sont tellement claires pour avouer simplement ses propres et irresponsables natures de tous ceux qui ne veulent pas, à tout prix, prêter ses aides pour faire sortir de cette crise politique.

      Or on les peut qualifier comme d’habitude des hypothèses bien présentées pour retorquer les situations conjoncturelles, et seulement rejouir de semer des bluffs ou des critiques pour tous ceux qui se passent actuellement dans notre pays !!!

  • 29 janvier 2010 à 10:26 | Mandimbisoa (#2104)

    M.Rabehevitra,

    Misaotra anao ihany mamakafaka ny hevitra toy izao,inona moa no fantatry ny Malagasy madinika ny amin’ny resaka teknika momban’ny satan’ny vola (tsy midika izany hoe:tsy manan-tsaina !),izany no hanasan’ny sasany ati-doha ny olona hoe mandeha ny ekonomia,azo antoka ny vinavinan’ny ministra...

    • 29 janvier 2010 à 12:07 | nyaina (#950) répond à Mandimbisoa

      Mandimbisoa,

      Il est vrai que bon nombre de nous ne voient pas encore venir les impacts de cette crise économique. Et cela malgré le fait que tous les indicateurs qui n’annoncent rien de bon.
      Quoi que les autres puissent dire , je maintiens ma position que la hat est en grande partie responsable de cette crise surtout économique qui est en train de tuer le secteur privé.

      Primo, le secteur privé a été le premier victime du lundi noir. Dès que le hat a été opérationnelle, une délégation des opérateurs économiqes a pris le petit déjeuner avec le pdt hat à ambohitsirohitra. La mission des opérateurs était de discuter de plan de relance de l’économie post-crise. Cette rencontre a été plutôt une opération de séduction pour la hat qui tendait en démontrer que "ça y est" , la hat est reconnue par le secteur privé ! et la suite , la hat n’a donné aucune suite positive pour ce secteur privé.

      Vient ensuite la fédération des hotelliers qui ont posé également leurs doléances quant aux mésures fiscales étant donné que le secteur tourisme a aussi bcp souffert de cette crise. Mais cette fois encore la hat , dit NIET ! La hat n’est pas en mesure de les aider comme il faut !

      tertio , le secteur textile et des industries ou plus exactement l’AGOA. qu’en est -il actuellement ? le nombre des chômeurs ne cessent d’augmenter depuis le mois de février mais la HAT n’est toujours capable de pondre une quelconque mesure pour commbattre cela ..

      Mais le plus hallucinant est la nouvelle qui s’est répandue ces dernières semaines à propos des nouvelles mesures fiscales de la HAT. Cette mesure est tout ce que l’on appelle CORDE AU COU du secteur privé. Nul ne sait que bon nombre d’entreprises ont vu leur CA en baisse en 2009. De ce fait, les rentrées fiscales baissent également. Mais par dessus cela, la fisc impose aux sociétés actuellement d’autres formes d’impôts non prévisibles, qui tombent comme ça dans une lettre officielle de la direction des împôts. La lettre somme la société à payer des centaines de millions jusqu’au millirads de fmg. Le calcul n’est pas clair pour le comptable qui demande à justifier cet impôt qui tombe de nulle part pour ne pas dire qui tombe du ciel.

      On se demande "comment est-ce que la hat raisonnne ? comment est ce que ministre des finances raisonne ?"
      car comment une secteur privé qui a vu ces rentrées d’argent chuter peut encore verser plus qu’il ne faut à la caisse de l’Etat ? mais comment ?

      je veux encore être plus compréhensif dans mes analyses et je continue. Admettons que la transition actuelle veuille bien avancer le pays et que le prix à payer pour le secteur privé est de payer encore plus . Le secteur privé est ainsi en droit de demander à ce que la machine fonctionne bien comme il faut. Mais la la situation est tout sauf bonne.

      Le fait est que la hat tue par tous les moyens le secteur privé afin de pouvoir rémunérer comme bon lui semble les militaires , afin de pouvoir renflouer la rubrique 508 dans le solde du fonctionnaire (autrefois financé par la banque mondiale). Autrement dit le secteur privé substitue en partie les fonds qui ont été autrefois injectés par les bailleurs de fonds tels que le banque mondiale et l’union éuropéenne.

      Je finis en reiètèrant une phrase qu’autrefois j’ai écrite sur cette tribune : Mais est-ce la logique d’un Etat ?

    • 29 janvier 2010 à 16:47 | diego (#531) répond à nyaina

      nyaina,

      C’est....right on....nyaina, rien à ajouter.

      Mais vous voyez comme beaucoup des Malgaches que les arguments et fait que vous relatez ci-dessus ne feront pas reflèchir la HAT et Cie....

      - dire comme vous dites que la HAT est en grande partie de nos problèmes actuels, ses membres vont vous répondre que c’est RAVALOMANANA, ZAFY, RATSIRAKA sont les reponsables.

      - MOI VOULOIR ETRE CHEF, MOI VEUT PAS EN ASSUMER LA RESPONSABILITE....mais moi MIJIRIJIRY A LA TETE DE L’ETAT ??? Tel est le credo de LA HAT EST SON CHEF ET CONSEILLERS....

      coordialement,

  • 29 janvier 2010 à 11:29 | Rainivoanjo (#1030)

    Vous qui parlez d’aides internationales, d’après vous, ces aides sont-elles totalement désintéressées ? Et si elles sont intéressées, qui sont les plus grands bénéficiaires, Madagascar ou les pays aidant ? D’après vous, qui dirige réellement les institutions financières internationales et pour les intérêts de qui ? Cela fait bientôt un demi-siècle qu’une pseudo-indépendance a été octroyée à beaucoup de pays d’Afrique, avec des milliards d’aide qui s’en sont suivis, combien s’en sont sortis avec amélioration du niveau de vie de la majorité de la population et non accaparement scandaleux des richesses par une poignée de parasites ?
    Je vous conseille de lire d’autres économistes et non ceux qu’on entend ânonner éternellement les mêmes inepties sur les prétendus bienfaits de l’ouverture totale des frontières et autres suppression des barrières douanières !

    • 29 janvier 2010 à 15:49 | râleur (#3702) répond à Rainivoanjo

      Ranivoianjo,
      L’article de Rabehevitra ne parle pas du tout d’ouvrture douanière ou autre forntière.

      Si les pays africains n’arrivent pas à relever la tête, c’est la faute des aides ? et les dirigeants africains, ils n’y sont vriament pour rien ?

      La Corée du Sud, Tawain, Singapour ou Malaysie, pour ne citer qu’eux, ont aussi bénéficié des aides mais leurs dirigeants ont en fait usage pour le boien du pays.

      Le Rwanda, pas loin de chez nous, après une guerre civile terrible, est en train de relever la tête. Idem pour le Mozambique. Les dirigeants de ces 2 pays ont pris conscience que c’est par eux que passent l’efficacité des aides.

      Chez nous, on attends toujours ce type de dirigeants. En tout cas, ce n’est pas de ceux actuels que cela viendra.

      Hausser les dépenses publiques par octroi d’augmentation de salaires des fonctionnaires, en pleine période de crise économique, exogène mais aussi endogène suite aux troubles infinies, n’est vraiment pas une décision de bon sens économique. Malheureusement c’est tout le pays qui en payera le prix fort.

      La facture sera salée.

    • 29 janvier 2010 à 18:22 | diego (#531) répond à râleur

      râleur,

      Oui les factures seront salés...on est combien à le penser ????? Vous allez voir que c’est un débat que beaucoup de ceux prônent une élection à la va vite evitera....j’espère qu’ils ne pourront pas s’y soutraire....

      coordialement,

  • 29 janvier 2010 à 11:55 | da fily (#2745)

    Oncle Georges, nous l’avions tous prédit. Il n’y a pas lieu d’être surpris, et je le suis de moins en moins. Mon pessimisme pitoyable prend de plus en plus racine à mesure quela hat s’enlise dans ses certitudes.

    Pour répondre à un forumiste précédent, je le préfère sulfureux notre Georges national, c’est l’actualité qui est surtout sulfureuse, lui, il s’adapte.

    Merci de saupoudrer d’un souffle de souffre toute ces mièvreries soporifiques.

  • 29 janvier 2010 à 12:12 | poiuyt (#584)

    Vous avez dit spéculer ? Hé bien, allons-y !

    La finalité de toute organisation mondiale est généralement humanitaire, c’est en quelque sorte des mutuelles, dont les principes de fonctionnement reposent globalement sur « à chacun selon son besoin, de chacun selon ses moyens ». Dans cette . . . entraide, si un peuple est malmené, et se trouve dans une impuissance de se libérer, les autres ont tacitement le devoir de créer les conditions de la chute du régime quelque part inhumain. On peut souhaiter que tout cela que vous décrivez arrive, pour que enfin la nation se lève pour elle même !

    Les militaires ont failli changer de camp il y a 3 jours. Les médecins sont sur la ligne de démarcation. Les nations et organisations étrangères n’ont qu’à rester sur leurs positions respectives, et les pustchistes tomberont à coup sûr. CQFD ! C’est pas joyeux de se savoir exploité pendant un siècle.

    Tant pis pour l’Autre !

  • 29 janvier 2010 à 14:11 | Ramena (#404)

    Bonjour,

    On se scandalise de la situation économique, on voit des dangers dans l’avenir mais d’autres stratèges sont en train de placer leurs pièces lentement mais surement.

    - Peu de contrôle sur les ressources en situation de crise (ex Bois de rose, pierres, pêche...). Là on est à plus de 12 mois d’activité pour certains opérateurs, des bénéfices qui se chiffrent en centaine de millions de dollars mais l’état court après les aides internationales (On marche sur la tête).

    - Dévaluation et "Privatisation" - Dévaluation : pour la vente/achat à vil prix sous prétexte de sauver une partie de l’économie ; Privatisation : des rumeurs déjà sur Kraoma, Jirama, Sirama... les nominations dans les conseils d’administration annoncent la couleur.

    Est ce qu’on est en train de refaire le coup des privatisations (grande braderie) des années 1990 mais avec non plus les "conditionnalités" mais une crise politique dans une crise financière mondialisée.
    Des négociateurs qui se gavent sans aucune conscience ni honte et encore moins de vision nationale ou régionale. De grands Messieurs en costard cravate mais qui se comportent comme de vulgaire pickpocket. Des "élites" qui n’ont retenu de la parole des anciens que le côté "ny vola no maha rangahy" au lieu du "ny fanahy no maha olona".

    Tant que la mentalité de nos dirigeants et de chacun n’évoluent pas, il n’y aura rien de nouveau dans l’économie, la finance et la monnaie....
    L’économie reflète ce que nous sommes. Il ne s’agit pas seulement d’un problème économique.

  • 29 janvier 2010 à 17:19 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    A part les facéties d’un rabri completement déjantées , l’analyse de Georges
    est pleine de bon sens

    Malheureusement les foza comme rabri prefèrent la mort de Madagasikara

    Car il s’agit bien , et Georges l’a bien souligné , de la survie des 20 millions
    de malagasy

    Georges doit le savoir , que parmi ces foza il y en a qui sont conscients de
    ce tres grave problème seulement ils n’ont pas assez de c.... pour s’extirper
    du carcan qui les emprisonne

    radomelina vient de recevoir une claque terrible en Afrique , et imbu de son arrogance il serait encore capable de nous rebalancer son ’naha isy faty olona ...’

  • 29 janvier 2010 à 20:22 | sava2012 (#3716)

    Merci, Georges.

    En effet, les même causes produises les mêmes effets quelqu’en soient les pays. Avec TGV, nous allons battre le record d’inflation atteint par le Zimbabew dans très peu de temps.
    Des millions de malgaches risques de rester sur le carreau sans savoir pourquoi.

  • 30 janvier 2010 à 05:02 | jules (#2904)

    Tout ces pauvres abrutis qui ont fait ou soutenu ce coup d’état devait bien savoir qu’un dj inculte , stupide et prétencieux ne pouvait rien apporter a votre pays
    .En plus depuis comme il ne controle plus vraiment sa base ( les militaires) il en a nommé un PM , si les bidasses etaient meilleurs que les dj en économie ,il y a longtemp que ca se saurait.
    Vous courez donc droit à la catastrophe , enfin le pays ,pas ses dirigeants bien sur car eux sont en train de s’en metre plein les poches et bientot vous regretterez RA8 , qui n’était pas aussi rapace qu’eux et qui avait une vision economique pour Mada.
    Enfin la France a une atitude moralement honteuse mais economiquement logique.Quand les "hommes politiques" malgaches auront atteint cette hauteur de reflection les choses commmenceront à changer. En attendant vous aller crever de faim ,pauvre peuple qui se laisse manipuler et qui se retrouve affamé par une dictature militaire qui se cache derriere une "bonne" musique.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS