Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 février 2023
Antananarivo | 19h42
 

Société

Fifanampiana Malagasy

Appui à 800 familles

vendredi 20 juin 2008 | Herimanda R.
Gisèle Rabesahala : « Nous ne sommes pas
subventionnés par l’Etat ».

Ils sont les plus démunis. Depuis quelques jours, des familles s’amassent devant le bureau de l’Association « Fifanampiana Malagasy » (Comité de Solidarité de Madagascar) pour avoir le ticket de nourriture. Comme tous les ans, cette association, à l’occasion de la fête de l’Indépendance (et des fêtes de fin d’année) distribue des aliments aux familles les plus pauvres à Antananarivo.

« Cela fait maintenant 40 ans que nous nous engageons dans cette œuvre caritative. Au début, il n’y avait que 100 personnes qui en bénéficiaient. Voici maintenant 2 ans, elles sont au nombre de 800. Elles sont pauvres, très pauvres. Elles habitent dans la capitale et dans les régions périphériques », précise Michèle Ramanampamonjy, vice-présidente de l’association. La distribution de l’aide alimentaire aura lieu le 24 juin, juste à la veille de la célébration de la fête nationale. Chaque ticket a droit à un kilo de riz et un kapoaka de tsiasisa. « C’est peu, très peu. Mais vaut mieux une petite miette que rien », avoue une mère de famille. Elle jubile après avoir eu son ticket.

Pauvreté extrême

Le critère requis pour bénéficier de ces dons n’est pas très sévère. « Nous accordons une priorité aux personnes âgées du fait qu’elles n’ont pas de revenu. Nous prenons également en considération les jeunes et les adultes. Seulement, ces derniers doivent justifier leur situation d’indigents », explique la vice-présidente de Fifanampiana Malagasy. A Antananarivo, beaucoup de gens vivent dans une situation de pauvreté extrême. Mais vu son maigre budget, l’association doit limiter le nombre de bénéficiaires à 800 familles. Gisèle Rabesahala, présidente de Fifanampiana Malagasy s’est plainte : « Nous ne sommes pas subventionnés. Nous ne bénéficions même pas des aides de l’Etat. On nous fait payer les taxes d’importation et les autres taxes pour les marchandises importées de l’étranger ».

Jusqu’à présent, deux Ong, le Secours populaire français (France) et une association réunionnaise soutiennent les activités de Fifanampiana Malagasy. A part cela, il y a des dons offerts par les entreprises malagasy.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS