Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 18h30
 

Editorial

Démocratie, démocratie, oyé, oyé

mardi 9 mars 2010 | Georges Rabehevitra

Juste après le « brainstroming » d’Ivato, dans son éditorial du samedi 06/02, en parlant d’Alzheimer, Patrick s’est dit résolument pour les élections d’une Assemblée Constituante. Il y rappelait qu’en début d’année, dans un autre édito intitulé « pour que l’année soit bonne », il esquissait déjà cette idée.

De mon côté, juste après son édito « pour que l’année soit bonne », dans un autre édito (« pragmatisme et élections »), j’ai écrit et développé pourquoi j’étais contre. Entre autres arguments, je disais que les candidats à cette députation ne pourraient dire que ceci aux électeurs que nous sommes tous : « votez pour moi, et vous verrez bien, je déciderai à votre place de ce qui est bon ou pas pour vous et le pays. Vous ne savez rien de rien, mais faites-moi un chèque en blanc, je mettrai moi-même les chiffres et ce sera débité sur votre compte ». Pour ceux qui sont intéressés pour les autres arguments, relisez ce papier.

Je réitère ici ma conviction que l’élection des députés pour l’Assemblée Constituante (rappel : la dernière était en 1958, avant l’Indépendance du pays) n’est pas la bonne solution durable pour essayer de sortir notre pays des troubles actuels et adopter enfin le schéma de stabilité politique qui ne pourrait être que bénéfique pour les générations futures.

Ce n’est pas parce que moins d’un millier de personnes, sur 20 millions de malgaches, ont voté, à partir d’une réunion organisée par la HAT et présidée par Rajoelina (pour donner un signe de semblant d’impartialité, il aurait dû s’abstenir d’y aller et idem pour tous les membres du Gouvernement), qu’il faut conclure hâtivement (sans jeu de mots) que c’est « la volonté des malgaches ».

Si la nouvelle forme de démocratie que l’on nous a promis c’est :
• envoyer des invitations à des personnes choisies par le pouvoir en place
• organiser une réunion (appelez cela comme vous voulez « tena ifampierana », atelier…, cela ne change rien)
• les faire voter à partir de deux thèmes choisis
• « rendre officiels » les résultats
et par la suite dire que c’est le choix des « malgaches » ou la volonté du peuple, c’est que l’on est vraiment tombé très bas et que le mot démocratie a été complètement vidée de son sens. Relisez aussi l’éditorial de Ndimby sur la manière dont on vide le sens des mots dans notre pays.

Tous les partisans de démocratie à géométrie variable, ne sont pour moi que des opportunistes qui, comme le nom l’indique, ne pensent qu’au moment présent et non au futur proche et lointain de notre pays. Dans le cas présent, il s’agit pour Rajoelina et son clan de rester au pouvoir un peu plus longtemps, sans passer par les urnes. Si ce n’est pas la raison, pourquoi avoir attendu plus de 13 mois pour proposer cette idée ?

C’est se voiler la face et fermer les yeux qu’admettre que le fait (c’est un fait au sens factuel du terme) que Rajoelina soit à la tête de l’Etat actuel, et que la HAT dirige le pays comme bon lui semble sans aucun contre-pouvoir, ne posent pas un problème fondamental.

On ne peut intellectuellement admettre que notre pays soit dirigé depuis presque un an par un « clan » qui n’a reçu aucun vote des 20 millions de malgaches, donc de facto illégitime, et qui n’a aucun, mais vraiment aucun contre-pouvoir en face de lui.

Je pense qu’une personne normalement et intellectuellement constituée, ne peut nier cet état de fait. Donc, il faut commencer par résoudre ce problème d’illégitimité et d’unicité flagrantes avant d’aller plus loin. Le fait que son pouvoir ne tient qu’à des militaires aux ordres ne fait que rajouter à cette illégitimité.

Bien évidemment, je ne prétends pas détenir la vérité en quoi que ce soit, loin de là, mais j’essaie de participer aux débats d’idées que nous souhaitons tous. Mon seul souci c’est d’essayer de débattre et de proposer des solutions qui nous survivent et non juste pour être pour ou contre Untel ou Untel. Bien que personnellement, je sois d’avis, par simple constat, que tous les anciens ou présents dirigeants encore vivants de notre pays ne sont que des gens incapables de préparer l’avenir, autrement on n’en serait pas là !

Depuis notre Indépendance, dans un régime normalement parlementaire, c’est le Chef de l’État qui exerçait ses fonctions comme dans un régime présidentiel. Or, c’est ce dévoiement du régime parlementaire, et le mimétisme de ce qui est le cas en France (sauf que ce pays a quand même eu des périodes de cohabitation qui n’ont pas déstabilisé ses Institutions) qui ont donné toutes ces instabilités. C’est cela à chaque fois qui a donné la possibilité aux militaires d’intervenir là où ils ne devraient pas avoir leurs mots à dire.

L’erreur partout en Afrique et à Madagascar c’est de croire qu’il faut à la tête de l’État un homme fort, capable à lui tout seul d’amener le pays vers un Nation moderne qui survit à des soubresauts politiques inévitables. Or, ce n’est pas d’un homme fort dont nous avons besoin. Non, nous avons besoin d’un homme sage, un vrai « raiamandreny », non pas uniquement par l’âge, mais aussi par ses compétences et ses expériences de la politique, cette fois-ci au sens noble du terme, c’est-à-dire de la vie de la Nation.

Je propose que le Président préside et que le Gouvernement gouverne, avec le contrôle des parlementaires. S’il y a des contestations par rapport à une politique, c’est le Gouvernement qui est mis en cause et non le Chef de l’État, qui lui n’a pas à définir la politique générale du pays. Les parlementaires peuvent « renverser » le Gouvernement mais pas le Chef de l’État. En cas de problème politique, les militaires ne pourront intervenir, car en cas de renversement (motion de censure ou autre), le Chef de l’Etat pourra désigner un nouveau Premier Ministre, en charge de former un nouveau Gouvernement. En cas de blocage au niveau du parlement, le Président pourra dissoudre le Parlement et demander au Gouvernement d’organiser une nouvelle élection.

C’est ce côté Chef de l’Etat, Président de tous les malgaches, et non d’un clan ou d’un parti politique, qui me fait croire que, petit à petit, nous irons vers une meilleure stabilité de nos institutions et que l’Armée restera une administration comme une autre, qui n’a pas à se mêler de la vie politique.

Bien sûr, dans la nouvelle Constitution, il faudra bien définir les prérogatives du Chef de l’État (limité à 2 mandats impérativement et pour toujours) mais cela ne devrait pas présenter une difficulté majeure, vu que de nombreux pays possèdent une Constitution identique. Il ne s’agit pas d’aller inventer la poudre, mais l’erreur serait cette tendance à vouloir l’adapter « à la soi-disant » culture malgache, prétexte que l’on avance comme si on était différents des autres êtres humains de notre planète. Ce schéma fonctionne dans des pays différents aussi bien européens, au Moyen Orient, en Asie, en Amérique latine, dans des îles du Pacifique ou de l’Océan Indien.

Dans le cas actuel je propose donc que, après formation d’un gouvernement de coalition (condition sine qua non pour que cette élection se déroule avec un minimum de sérénité et de transparence), on donne la chance à nous tous malgaches de voter pour élire une personne que nous estimons digne de nous représenter tous, c’est-à-dire le Président de la République. Cette personne sera élue en fonction de nombreux critères, mais le premier d’entre eux, c’est qu’elle soit au dessus de la mêlée politique.

Le Gouvernement de coalition sera en charge d’organiser cette élection. Dans le même temps, des collèges d’experts pourront proposer un projet de Constitution (à valider ou non d’abord par une conférence nationale ?) sur laquelle tous les malgaches pourront se prononcer par référendum, en même temps qu’ils élisent leur député.

Je sais bien que, vis-à-vis de la mentalité de nos politiciens actuels, la marche normale de ce schéma sera compliquée, néanmoins, ce n’est pas parce que les gens sont idiots au temps présent qu’il faut obérer l’avenir à long terme. Il faut que nous cherchions des solutions à long terme et non des plâtrages d’institutions en fonction des intérêts divergents du moment. C’est la moindre de chose que de parier sur l’intelligence de nos enfants, en faisant tout pour qu’ils ne soient pas aussi idiots que nous le sommes aujourd’hui.

Le défaut essentiel de notre vie politique, c’est que l’on n’a pas toujours raisonné sur la durée de vie de la Nation (qui est normalement de plusieurs générations) mais sur les circonstances du moment ou la durée de vie des hommes politiques.

Alors des élections oui, mais commençons tout de suite par celle qui permet à nous tous de choisir celui que peut dignement nous représenter et qui soit au dessus de la mêlée politique : le Président de la République.

Si l’on réfléchit bien, par simple déduction, cela exclurait de facto tous les anciens ou actuels dirigeants, quels qu’il soient.

Vous avez compris, il s’agit des « 4 chefs de mouvance » que je cite nommément : Ratsiraka, Zafy, Ravalomanana et Rajoelina.

Si ces gens en étaient dignes, on n’en serait pas là. CQFD.

42 commentaires

Vos commentaires

  • 9 mars 2010 à 07:52 | voriandro (#3928)

    Alzheimer marina k’ty. Katsy io conclusion io ve ry Mr Rabehevitra no nolazain’i Andry Rajoelina talohan’ny Maputo 1 fa toa tsy nisy mpihaino eh. Izao isika very 1 taona @ tsy antony.

    • 9 mars 2010 à 09:22 | Noue (#2427) répond à voriandro

      Mesdames, Messieurs,

      Devant l’annulation de la rencontre prévue à Addis–Abéba du 08 au 10 mars 2010, il est de notre devoir de réagir en vous livrant notre point de vue et notre inquiétude.

      En effet, il ne s’agit point de critiquer la décision de M. Lamamra car il était prévu que l’absence d’un des chefs de file des mouvances entraînerait inévitablement l’annulation de la réunion. Seulement, nous nous interrogeons sur la suite des évènements. L’absence de M. Rajoelina n’était-elle pas prévisible compte tenu de sa démarche unilatéraliste dont il a toujours fait preuve jusqu’ici ? Doit-on rappeler ses propos très critiques et dédaigneux vis à vis de la Communauté Internationale en général et de l’UA en particulier ? Est-il nécessaire de rappeler sa volonté de ne pas se soumettre aux Accords de Maputo et à l’Acte additionnel d’Addis-Abéba et ceci, au lendemain même du jour où il les a signés ? Quel est l’objectif des pseudo-ateliers du 04 et 05 mars derniers réunissant soi-disant toutes les forces vives de la nation sinon contrecarrer les initiatives de la Communauté Internationale ?

      Par ailleurs, ce refus de M. Rajoelina de se rendre à Addis-Abéba est surtout un signe de total mépris de toutes les parties concernées : les trois autres mouvances bien sûr mais également l’Union Africaine.

      Aussi, cette dernière ne doit pas capituler devant ce régime voyou. Elle doit faire preuve de fermeté exemplaire en prenant sans délai des décisions et des sanctions adéquates car il n’y a plus de raisons objectives valables d’attendre le 16 mars pour les prendre. Allez-vous encore vous soumettre à la volonté unilatéraliste des putchistes ? Acceptez-vous d’être menés en bâteau par Rajoelina et sa clique qui cherchent par tous les moyens à s’opposer aux dispositions internationales alors que le peuple malagasy s’englue dans la misère ?

      Mesdames, Messieurs, le peuple malagasy dans son ensemble se tournent vers vous dans l’espoir de contraindre ce régime à se soumettre aux Accords de Maputo, seule issue possible à la crise actuelle qui dure maintenant depuis un an ; un an de calvaire politique, économique et social pour le peuple.

      Nous rappelons que pour nous, les sanctions ne sont pas une finalité en soi. Elles doivent s’appliquer aux responsables du blocage, mais elles ne doivent pas servir de prétexte pour garder le statu quo à Madagascar. Au delà des sanctions, il est primordial de régler la crise et de sortir Madagascar de cette situation d’état voyou. Nous demandons donc également la neutralisation sans délai des milices privées et militaires mutins qui servent de bras armés pour faire la basse besogne de la HAT. Leur neutralisation permettra aux malagasy vraiment soucieux de sortir le pays de la crise de travailler sans avoir sur leur tête la menace permanente des putschistes. L’Union Africaine dispose de tous les éléments nécessaires pour faire cesser cette agression quotidienne à laquelle sont confrontés les malagasy à Madagascar.

      Mesdames et Messieurs, dix neuf millions de malagasy vous observent aujourd’hui et attendent impatiemment les décisions qui vont émaner de l’union africaine. Vous n’avez pas le droit de décevoir le peuple malagasy, pas plus d’ailleurs que n’importe quel peuple africain en général. C’est la crédibilité de notre prestigieuse institution qui est en jeu.

    • 9 mars 2010 à 11:35 | râleur (#3702) répond à Noue

      Noue,
      Débatons du sujet sur l’article de Georges Rabehevitra, et non faire passer des lettres ouvertes à tout vent

      On dirait du Basile, à marteler les choses comme ça

      bon courage

    • 9 mars 2010 à 11:49 | vuze (#918) répond à Noue

      Chassez le naturel, il revient au galop... Pas de citation, on sait pas qui a écrit cette lettre "fermée"...

      Sans intérêt.

    • 9 mars 2010 à 11:49 | vuze (#918) répond à râleur

      Râleur, vous remontez dans mon estime...

    • 9 mars 2010 à 13:56 | râleur (#3702) répond à vuze

      Vuze,

      je ne cherche l’estime de quiconque et encore moins de toute personne qui soit pour que mon pays soit dirigé encore plus longtemps pas des imposteurs, en plus qui veulent y rester plus longtemps que nécessaire.

      Cela ne nous empêchera pas de débattre des idées

    • 9 mars 2010 à 14:02 | vuze (#918) répond à râleur

      Conclusion :

      Élections le plus rapidement possible (bien sûr chapeautées et surveillées de très près par la CI (UA, CE, ONU etc..)...

      PS - Je ne peux m’empêcher de rajouter : "Que RA8 ne revienne plus" !!

    • 9 mars 2010 à 14:26 | rabri (#2507) répond à vuze

      Vuze, Râleur,

      Bonjour à tous les 2,

      Ne martyrisez pas cette chtite fille Noue SVP !! Elle a trop l’habitude de faire des ventes (d’huitres) à la criée sur les plages bretonnes et sur les quelques manifs GTT par-ci, par-là

      Vuze,

      Je ne sais pas combien de temps va-t-il tenir notre ami « râleur » mais au rythme où il va , j’ai peur pour lui d’un « AVC foudroyant ». Tu ne remarques pas qu’il fait un excès de zèle dans ses obstinations malgré le vent qui souffle bien pour notre côté ????

    • 9 mars 2010 à 16:21 | Maharaka (#576) répond à râleur

      Bien dit Râleur,

      Abandonnons les gens comme NOUE. Osons afronter la réalité en face. Croire encore à Maputo, sinon les sanctions ou l’intervention militaire de la SADC pour escorter la venue en fanfare de DADA, ça c’est la manque du réalisme, un espoir aveugle, une Rêve en quelques sortes. Loin de là donc des gens de bonne volonté qui ne se désarment pas pour parvenir à des solutions malgacho-malgaches. Je crois qu’en ce moment, parmi les 3 mouvances, beaucoup de partisans sont convaincus que Maputo est voué à l’echec et qu’il faut chercher d’autres solutions malgacho-malgache. Il faut prendre les choses en mains au lieu de s’étérniser à dépendre du GIC. Ce ne sont pas les tâches qui manquent pour ces gens là car en plus des cas nouveaux, il en reste toujours des "varimangatsiaka" insolvables comme le problème de la Somalie, de la Côte d’Ivoire, du Soudan, etc.

      Ceci dit, je sollicite les RAD de notoriétés et le FFKM, de convaincre les rivaux politiques et les sociétés civiles pour qu’on revienne sur la table de négociation et débattre le sujet "ELECTION" avec l’autorité de fait. Les propositions de solution durable de M. Rabehevitra (le chef l’état devrait être au-dessus du mêlé politique)me semblent une bonne option.

      Clé de réussite ? Abandonnons DEBA et DADA dans leur pays hôte respectif. Ce sont des facteurs de blocage du bon déroulement des dialogues. D’ailleurs, ils s’éxilent eux-même (Tsiranana et Zafy n’ont jamais quitté le sol malagasy alors qu’eux aussi, ils ont été détronnés). Il y a bien des dirigeants plus intelligents et plus charismatiques que DEBA et DADA dans leur mouvance respective et qui résident toujours à Madagascar, à côté de leur compatriote.

    • 9 mars 2010 à 20:28 | andrygasy (#3890) répond à voriandro

      HOANY TGV- IST REHETRA

      MERCI DIEU

      308 Voté pour consigne de vote pour mr
      rajoelina
      1800 participants

      MISAOTRA ANAREO VAHOAKA TONGA TENY IVATO FA TSY
      NANAMARINA NY OLO-TSY MARINA IANAREO .
      NY FAHASOAVAN’ANDRIAMANITRA ANIE HOMBA
      ANAREO SY NY VAHOAKA MALAGASY .

      FIFIDIANANA HITA-POKO HITAM-PIRENENA
      MIRARY
      ANAREO MBA HO TONGA SAINA FA POTIKA NY TANINDRAZANA IOMBONANA

  • 9 mars 2010 à 08:02 | diego (#531)

    Monsieur Rabehevitra,

    Un homme politique normal et intéllectuelement constitué, même si celui là est Malgache, trouvera facilement que notre situation politique actuelle et depuis un (déjà) est MANDRONGAITRA.

    Beaucoup des gens prédisent (et depuis un moment) que la HAT ne tiendra pas longtemps, mais la HAT tient, mal peut-être, mais la HAT tient. La seule RAISON : nos hommes politique sont irresponsables dans son ensemble et surtout EGOISTES. Ils pensent tous qu’ils vont s’enterrer à l’extérieur...bonne chance à eux.

    LAOKA MASISO TSY TIAN-JAZA, je me demande quand est-ce que nous, Malgaches, allons réagir dans le bon sens : GOUVERNEMENT D’UNION AVANT AUTRE CHOSE, autre que cela, désolé, mais point de salut...la HAT disparaitra, mais quand, that’ s the question......

    • 9 mars 2010 à 10:22 | Samuel Benjamin (#3754) répond à diego

      Vous ne vous êtes jamais dit qu’on nous mène en bateau ? comment " un gringalet" qui est au pouvoir grâce au commandant Charles ose-t-il braver la puissante Communauté Internationale ?
      Ce que vous vivons depuis un an, d’autres pays l’ont déjà connu. Prenons l’exemple de la Mauritanie. Abdel Aziz a fait un putsch, la Communauté Internationale, la France comprise, ne l’a pas reconnu. Des négociations de sortie de crise ont été entamées sous l’égide du président Wade et du Groupe de Contact International ( GCI) : l’ ordre constitutionnel doit être rétabli impérativement. Ont commencé des va et vient diplomatiques et des tergiversations du pouvoir de facto quant à l’application des mesures prises lors des négociations.
      La Communauté Internationale émet des contraintes comminatoires répétitives à l’endroit du pouvoir de fait, tandis que la France de nuit élabore des plans et conseille le régime dirigé par Abdel Aziz. la négociation de Dakar a ’’ contraint ’’ Abdel Aziz à démissionner deux mois avant les élections présidentielles, un gouvernement "d’union national" est créé mais reste à la botte d’Abdel Aziz. On a procédé à la réfection de nouvelles listes électorales, le CENI a vu le jour, les négociations patinent, Abdel Aziz gagne du temps et se lance en campagne au frais de l’Etat.
      A la fin, Bien qu’impopulaire Abdel Aziz gagne les élections. La France reconnait la Mauritanie, L’Europe réticente au début a fini par reconnaître le pouvoir d’Abdel Aziz. Un chapelet de reconnaissance est tombé. Le putchiste est devenu légitime. TANDREMO AN ! les malgaches qui sont si jaloux de notre souveraineté ou qui refusent" l’ingérence "de la CI dans notre affaire interne doivent être plus vigilents et voir ailleurs.

    • 9 mars 2010 à 14:31 | rabri (#2507) répond à Samuel Benjamin

      Diego a dit : "Beaucoup des gens prédisent (et depuis un moment) que la HAT ne tiendra pas longtemps, mais la HAT tient, mal peut-être, mais la HAT tient"

      A mon compagnon de lutte Vuze, je me permets de t’emprunter ton expression du jour pour l’appliquer à notre ami Diego

      Suite à votre affirmation ci-dessus : Diego, Cher Diego : vous remontez dans mon estime...

      ... et je rajoute : LA HAT TIENDRA ENCORE PLUS LONGTEMPS !!!

    • 9 mars 2010 à 15:47 | diego (#531) répond à rabri

      Cher rabri,

      Il faut voir loin, le monde ne se resume pas, ne tourne pas autour de la HAT. Tout le monde sait le devenir des hauteurs de coup d’etat...

      Il faut voir aussi si vous voulez que la HAT tient parce que vous l’aimez, ou parce que vous pensez qu’elle fera avancer le pays. Est-ce le cas depuis un an ? La HAT est reconnu par qui ? La HAT dirige quoi ? La HAT, a t-elle suffisament de moyen politique pour éviter une crise économique à venir ?

      Vous êtes intelligent pour en juger et si vous trouvez que notre pays est en bonne voie, tant mieux pour vous si cela fait votre journée, mais demain serait fait d’autre chose et des problèmes viendront mon cher....on verra bien si la HAT tiendra bien....

  • 9 mars 2010 à 08:34 | Mandimbisoa (#2104)

    Miarahaba,

    Hoy ianao hoe :...."Je propose que le Président préside et que le Gouvernement gouverne, avec le contrôle des parlementaires. S’il y a des contestations par rapport à une politique, c’est le Gouvernement qui est mis en cause et non le Chef de l’État, qui lui n’a pas à définir la politique générale du pays. Les parlementaires peuvent « renverser » le Gouvernement mais pas le Chef de l’État. En cas de problème politique, les militaires ne pourront intervenir, car en cas de renversement (motion de censure ou autre), le Chef de l’Etat pourra désigner un nouveau Premier Ministre, en charge de former un nouveau Gouvernement. En cas de blocage au niveau du parlement, le Président pourra dissoudre le Parlement et demander au Gouvernement d’organiser une nouvelle élection."

    Tsy izany moa ve no atao hoe Demokrasia ?

    Ny mahavoa ny Malagasy mantsy dia izao,ny FIERITRERETANA hoe : TSY TIAKO ITY OLONA ITY dia hidina eny amin’ny kianja aho HANONGANA ...
    ARY entina 1° hanaovana izany dia ny fanomezana SOKETA ! Efa nomanina daholo ny tetik’ady rehetra fa ny zavatra tsy nampoiziny dia ny FISIAN’ny olona TSY MANAIKY INTSONY ho entina toa izany...Mpitondra fanjakana aiza teto amin’ity tany ity ka raha mbola misy ihany ny atao hoe : DEMOKRASIA ao aminy,no hanongana izay MPITONDRA AM-PERINASA raha misy zavatra tsy tiana NA olona tsy tiana ?MBA hajaina aloha ny SAFIDIN’ireo NANDANY AZY.

    fa raha olona amin’ny tany MISY ny demokrasia dia MIANDRY ny FIFIDIANANA MANARAKA hanafaizana ny mpitondra amin’ny alàlan’izany ;

    Ny tena mahatalanjona ahy koa dia ny fironan’ny avara-pianarana sasany amin’ny mpanongana NA DIA HITA izao aza fa TSY NISY PROGRAMA MATOTRA natolotr’izy ireo !

    Ny vaha olana tena mahamaika aloha izao dia ny FIARAHA - MIASA SY FIARAHA-MITATANA mba hiverenan’ny ZO maha-olombelona sy ny FIFAHATOKISANA eo anivon’ny mpiara monina.

  • 9 mars 2010 à 09:16 | Miary (#491)

    La question posée est donc à nouveau : Référendum ou Assemblée Constituante.?

    La grosse différence est à mon sens le processus d’élaboration de la Constitution. Qui va élaborer le projet de texte ?

    Dans un référendum ce ne peut être qu’un petit groupe , genre gouvernement ou ministère. A la limite on fera appel à des experts. Mais fondamentalement ça se passe dans un cercle plus ou moins fermé. Souvenons nous : Didier Ratsiraka a fait un référendum à répondre par oui ou non sur au minimum 3 questions : Constitution proprement dite, Boky Mena, Bibi comme Président. C’est du n’importe quoi.

    Dans une Assemblée, même au pire constituée comme Teny Ierana d’Ivato et si ça dure nettement plus que deux journées ( par exemple quelques semaines) il va y avoir débat et arguments pesés : Fédéralisme, Centralisé, Régionalisme, régime parlementaire, présidentialisme .... Etc etc... Si en plus la presse joue son rôle le public aura droit à des informations avant le vote final.

    L’Assemblée Constituante a donc le grand avantage de permettre des débats qui vont sortir du cadre étroit des cabinets et permettre au public de faire part de son opinion ne serait-ce que dans les forums sur internet.

    • 9 mars 2010 à 11:45 | râleur (#3702) répond à Miary

      Miary,

      Une circonscription peut élire comme député un illéttré ou quelqu’un n’a aucune connaissance du droit public. C’est normal, c’est cela le suffrange universel et c’est tant mieux.

      Vous voyez un débat à l’Assemblée sur une projet de Constitution ?

      Depuis longtemps, les débats à l’Assemblée était limités aux choix des 4x4, bons d’essences ou autres téléphones.

  • 9 mars 2010 à 09:47 | kotondrasoa (#3872)

    Mr Rabehevitra,

    En grande partie, votre analyse tient mais c’est dans les conclusions que nous ne sommes pas d’accord.

    1° - Il faudrait remettre les militaires dans leurs casernes mais, qui va y arriver car, beaucoup se disent au dessus de la loi ? (Charles sera-t-il puni car il a parlé à la télé ou bien, a-t-il reçu une autorisation en bonne et due forme du commandement parce que, dans le bienséant ? Et ceux du FIGN, seront-ils punis collectivement ? Et, pourquoi ne pas punir toute l’Armée, autant pour ceux qui parlent que pour ceux qui se taisent et qui sont complices de ce fait, des agissements de leurs collègues ?)

    2° - Alzheimer ou pas, le Petit a essayé et essaye encore de tirer les couvertures à lui et, cela au détriment de la République !

    3° - Je suis pour l’idée de laisser tout le monde participer à l’éléction présidentielle, en partant de l’âge du Petit comme critère. Ainsi, qui vivra verra !

  • 9 mars 2010 à 09:49 | jobang (#3812)

    Bonjour,
    je pense que le fonds de notre problème n’est pas quelle constitution à mettre en place, car on aura beau à définir la meilleure constitution du monde, le problème c’est de la respecter et la faire durer. L’histoire nous a montré que toutes les personnes qui se sont succédées au pouvoir ont tous voulu mettre en place une constitution bien taillée à leur mesure, et n’hésitent pas à la fouler au pied dès que l’occasion se présente. Je pense aussi qu’il faut qu’on permet à la majorité des malgaches d’accéder à l’éducation, surtout civique, pour que des gens comme la plupart de nos "brillants politiciens" ne s’aventurent plus dans la politique. En outre, il faut qu’on dispose de vrai pouvoir judiciaire, comme celui des pays occidentaux, qui ne sera plus à la solde de l’exécutif et qui ose prendre des décisions selon les textes en vigueur. Maintenant, notre plus grand problème reste les militaires, comment faire comprendre à ces gens leur vrai rôle dans un état de droit vu qu’ils sont habitués à avoir des pouvoirs et à ne plus respecter leur hiérarchie.

  • 9 mars 2010 à 09:53 | longosoa (#3874)

    Et si on mettait a la place du president un olona ambony, un roi ou une reine comme le systeme anglais ? les premiers minitres sautent, les gouvernment se defaient mais la reine demeure et jamais d’ intervention militaire ! En ce qui concerne la situation actuelle, le brainstorming d’ Ivato va etre rejette´a bloc par le GIC car encore une fois une idee loufoque unilateralement pondue par la HAT. Par consequent les snctions personnelles vont tomber, et point n’ est necessaire d’ attendre le 17 Mars, puisque la position de la HAT est connue depuis la reunion d’ Ivato. Il y avait certes une erreur de strategie de la part du GIC en permettant a Rajoelina de rester a la tete de la HAT. Si Ra8 a ete ecarte´, il aurait ete plus logique que son opposant Rajoelina ne pourrait pas y participer. La neutralite´aurait ete satisfaite. La decision des urnes auraient montrer qui a la cote. Helas le GIC etait trop lenient en cautionant en quelque sorte ce gouvernement de fait , mais encore une fois on voulait arriver a un compromis, croyant a la sincerite´et l’ honnetete´de Rajoelina. A propos une question qui n’ jamais ete traitee´sur ce forum : si Rajoelina de prime abord savait qu’ il n’ appliquerait pas les accords de Maputo, pourquoi a-t-il fait demissioner son compagnon de route Monja Roindefo ? Ma reponse, Monja denenait de jour en jour plus connu, plus fort. Et comme toutes les personnes assoiffees de pouvoir, Rajoe ne supporte pas la concurence, de la meme maniere que Ra8. Mais comme il est aussi faible, en sentant les etaux de la GIC se serrant contre lui, Eugene Mangalaza et les 2 co-presidents vont etre remis sur la table de discussion. Siche ?

    • 9 mars 2010 à 12:13 | râleur (#3702) répond à longosoa

      Longosoa,

      Pas d’accrod avec la royauté. Le pouvoir est transmis et il n’y pas d’élection.

      Il y a des exemples comme en Allemagne, en Israel, en Inde, .....

      Olona ambony, tena raimandreny

  • 9 mars 2010 à 10:08 | da fily (#2745)

    Dadatoa Georges ve tsy mba hirotsaka prézidà !!!???

    J’aime l’idée d’un futur candidat ne représentant aucunes des 4 mouvances. Mais tant qu’il y aura possibilité à tout dirigeant de s’enrichir grace à la chose politique, nous irons de déboires et catastrophes. Si le pouvoir corrompt immanquablement, c’est aussi qu’il permet de s’enrichir, ce n’est pas une exclusivité locale, rassurons-nous si on peut dire.

    Je me permets une incursion dans la logique que nous propose Georges : il est mentionné qu’il nous faudrait un vrai raiamandreny, soit. Mais n’est-ce pas sur cette "qualité" que tous les dirigeants successifs se sont basés pour prétendre au pouvoir et ensuite ne plus le lâcher ? Il faudrait peut-être cesser de galvauder, il faudrait surtout qu’on se mette à la page et arrêter de nous croire encore il y a 50 ans. Le monde est en marche depuis longtemps, notre horloge s’est arrêtée depuis, nous avons laisser trop faire le temps, il nous le rappelle encore aujourd’hui.

  • 9 mars 2010 à 10:11 | Lemurkata (#801)

    Monsieur Rabehevitra,

    Je suis d’accord avec vous pour dire que la solution idéale serait de commencer la série d’élections à venir par l’élection présidentielle. Et puisqu’on est en train de tout remettre à plat pour « repartir à zéro », il est permis de rêver à la mise en place de structures idéales, avec les personnes idéales.

    Toutefois, face à la dure réalité, il est parfois plus efficace de se contenter du « bien » et de remettre à plus tard le « mieux », l’idéal. Je reformule là à ma façon l’adage qui dit que le mieux est l’ennemi du bien.

    Après un an de pagaille, je suis convaincu d’une chose : Andry est déterminé à conduire cette transition jusqu’à l’avènement de la nouvelle république quelles qu’en soient les conséquences. Il n’acceptera jamais de céder sa place à quiconque tant qu’il n’aura pas fait adouber la nouvelle constitution. Beaucoup lui prêtent également le dessein de vouloir être le premier président de cette nouvelle république. Je ne m’en soucie guerre. Car je suis tout aussi convaincu d’une autre chose : je ne voterai pas pour lui. Et puis, je l’ai déjà dit dans un ancien post, si la constitution est bien ficelée, les institutions et les contre-pouvoirs bien définis, peu importe le Président. Il ne pourra plus faire tout et n’importe quoi comme les précédents. Et pour l’heure, c’est la seule chose qui m’importe.

    Pour moi, vouloir à tout prix changer la tête de la transition avant toute chose ne nous conduira qu’à un blocage, une crispation. Et c’est autant de temps durant lequel il nous faudra supporter cette HAT. Rien que d’en parler, j’en ai des urticaires. Maintenant, si nous allons vers les législatives, il faudra s’assurer du bon déroulement de ces élections. Nous avons une idée de ce qu’il faut faire (CENI, bulletin unique …). Il faudra l’inclure dans un calendrier réaliste pour garantir des élections fiables.

    Je reviens sur l’argument du « chèque en blanc ». Je préfère encore laisser une assemblée débattre et décider du choix de constitution qui sera appliquée, au lieu de faire voter au suffrage universel un choix entre plusieurs textes fondamentaux. Quelle proportion d’électeurs comprendra réellement le sens de leur choix ? Quelle proportion d’électeurs saura faire la différence entre un régime présidentiel et un régime parlementaire, une constitution unitaire et une autre fédéraliste ? Au bout du compte, ils choisiront le texte que le député de leur circonscription leur dira de choisir !!!

    Nous avons le choix entre avancer à petits pas ou reculer pour mieux sauter. Alors, allons-nous enfin essayer d’avancer avec ce que l’on a, ou allons-nous continuer de reculer en espérant qu’on sera assez fort plus tard pour faire le grand saut ?

    • 9 mars 2010 à 19:15 | lalatiana (#1016) répond à Lemurkata

      Lemurkata,

      D’accord sur votre développement ..... MAIS ... Grand MAIS ....

      Peut on imaginer un instant que le pouvoir TGV en place puisse faire autre chose que verrouiller la constitution (avec un petit "c") d’une assemblée qui sera tout sauf plurielle et représentative ?... De fait, peut on imaginer que ce qui sortira de ces travaux législatifs soit autre chose qu’un verrouillage du pouvoir actuel ??? ... moi, je suis pas assez intelligent pour arriver à imaginer ça ...

      Faut pas oublier qu’on a un maître es manip qui a fait ses preuves en termes de salades pseudo constitutionnelles en la personne du père Norbert, quand même !

  • 9 mars 2010 à 11:18 | HAMEFY (#3919)

    Je ne pense pas que les Africains ( UA) puissent nous aider à résoudre nos problèmes ...

    La plupart des ses dirigants sont des spécialistes des Coup d’Etat sanguinaires ( COMPAORE) des hold up éléctoraux et democrtaties héréditaires
    Aujourdh-hui le Gabon, le Togo , bientôt La Libye, l’Egypte et le Sénégal

    Quand à l’ONU, laisse tomber, ses soldats sont accusés .....des viols dans la région de Grands Lacs.

    Encore un fois la solution est Malagasy

    Question : Pourquoi avec tous les intéllectuels que nous avons, Madagascar est

    incapable de trouver une soulution à ses problèmes et doit étérnellement faire appel à ces PING-GIC-CHISSANO- OUEDRAOGO ?

    • 9 mars 2010 à 11:38 | râleur (#3702) répond à HAMEFY

      C’est vrai Hamefy

      Nos intellectuels sont un peu girouette et surtout attirés par la gamelle et non par les idées. Comme nos politiciens.

      Voilà la raison.

    • 9 mars 2010 à 13:28 | Mihaino (#1437) répond à HAMEFY

      Nos intellectuels sont démobilisés, démoralisés, désemparés et surtout broyés par les politiciens, vieux, jeunes et il faut l’avouer : ils ont PEUR de s’exprimer car la liberté d’expression reste passible d’une arrestation arbitraire...Jusqu’à quand : Wait and see ....

      "Be olomanga isika malagasy fa vitsy olomarina" hoy Maître Ravony fahiny.
      J’ai enfin l’impression que la puissance de l’argent nous rend tous un peu fous et nous avons perdu nos vraies valeurs transmises par nos parents.?!

  • 9 mars 2010 à 11:50 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Georges RABEHEVITRA

    deux remarques :

    1-Oyé !!!Oyé !!

    2-SI CES GENS (la H.A.T. ???? ou autres)en étaient dignes,on n’en serait pas là.C.Q.F.D.

    Bravo !!!

    Basile RAMAHEFARISOA

  • 9 mars 2010 à 12:38 | observatrice (#2065)

    le peuple malagasy est encore fort imprégné de sa culture de raiamandreny ; on inculque à l’enfant dès son plus jeune âge, le respect du zoky et surtout du raiamandreny ; tout va bien tant que celui-ci reste un vrai raiamandreny, c’est-à dire l’homme sage et qui veut le bien pour sa famille , mais pas quelqu’un que personne n’ose contredire parce qu’il est raiamandreny

    notre problème, sur le plan politique est que ces fameux raiamandreny dirigeants ont perverti le sens de ce mot : ils n’ont cherché qu’à assurer leurs conforts perso et leurs enrichissements perso et en devenir des dictateurs (en vrai ou en puissance) ;

    je suis tout à fait d’accord avec les caractéristiques que vous attachez au titre de président de la république , mais je pense qu’il ne faut pas utiliser ( actuellement du moins) le mot raiamandreny ; élire un président avant les députés , oui, mais il faudrait pour cela que les partis politiques présentent de vrais projets avec une personne qui les porte, sinon on en revient à l’homme providentiel qui créera son parti unique après la présidentielle et re - PISODIA, re-AREMA, re-TIM et consorts

    • 9 mars 2010 à 13:13 | râleur (#3702) répond à observatrice

      non Observatrice,

      Si je comprends le schéma proposé et sur lequel je suis d’accord
      Justement, si le Président ne peut s’allier avec un parti poltique et surtout si celui-ci gouverne. En cas de renversement, il sera ’’touché’’ aussi. Il n’a donc pas ’’intérêt’’ à être assimilé à un parti

  • 9 mars 2010 à 12:50 | lalatiana (#1016)

    Bonjour Georges,

    Merci de ce très bon papier qui nous permet un débat riche.
    Globalement Ok sur tout ce que vous dites. Et ok, pour ma part, sur le principe d’une présidentielle qui a ma faveur.

    Je reviens brièvement sur l’idée d’une réflexion poussée sur le sujet culture/constitution/système politique.

    Une constitution ne se contente pas de déterminer si un régime est parlementaire, ou présidentiel, à une chambre ou à deux chambres etc... etc ...
    Je laisse le débat aux constitutionnalistes ... d’autant que le constitutionnel n’a pas été ma tasse de thé ... je n’irai donc pas prétendre donner une quelconque solution...

    Je parle ici de démarche à définir en posant la question suivante : "est ce que le problème de désobéissance à la loi (ce qui est le reflet de ces crises successives ou la représentativité citoyenne est remise en question) , ne relève pas d’une profonde rupture culturelle entre des systèmes qui nous été successivement imposés(neo colonial, socialiste) (*) et nos valeurs ? C’est une question.

    La constitution ne définit pas que des institutions. Elle définit leur mode de fonctionnement et les échanges citoyens. Elle définit aussi les règles de la représentativité. Et là, il s’agit de culture.

    Sur ce débat voir aussi les échanges :
    http://madagoravox.wordpress.com/2010/03/06/madagascar-legislatives-ou-presidentielles/"

    (*) sur ce sujet là, la constitution de la 3ème république avait déjà fait un pas dans ce sens en remettant le sens religieux dans le débat politique.

    • 9 mars 2010 à 15:44 | rabri (#2507) répond à lalatiana

      "est ce que le problème de désobéissance à la loi (ce qui est le reflet de ces crises successives ou la représentativité citoyenne est remise en question) , ne relève pas d’une profonde rupture culturelle entre des systèmes qui nous été successivement imposés(neo colonial, socialiste) (*) et nos valeurs ?"

      Oh Lalatiana, en mettant en avant "NOS VALEURS", vous remontez aussi dans mon estime … allons au petit coin du quartier ensemble : THB ET MASIKITA A GOGO POUR TOUT LE MONDE !

      Je pense qu’il faut partir de là et aussi de l’analyse des pratiques qui ont voué à l’échec. Bref, si nous avons toujours eu jusqu’ici l’habitude de tirer la charrue avant les bœufs (débat théorique stérile sur la Constitution, l’élection présidentielle avant les législatives ou vice versa..), voyons en même temps toutes les bonnes conditions pour nos bœufs pour qu’on en change pas facilement d’une parcelle à une autre.

      * qui sommes-nous ?? notre société traditionnelle a toujours eu l’habitude qui est devenue CULTURELLE de débattre et de discuter ensemble d’un (ou des) problème (s) local (aux) de société autour du fameux TRANOBE. Les solutions issues de ces débat et discussion sont appliquées dans la foulée pour résoudre tous ces problèmes locaux

      * pourquoi on n’applique pas une telle démarche à grande échelle au sein du pouvoir exécutif c’est à dire l’INSTITUTIONNALISER ??

      Je prends un exemple concret sur le secteur « éducation » : C’est un budget lourd, très lourd pour la nation. Peut-on se permettre de jeter de l’argent par la fenêtre à chaque fois qu’on change de Ministre de l’Education car le nouveau va démonter ce qu’a fait son prédecesseur ?? NON !! D’un ministre à l’autre donc, il faut qu’il y ait continuité . OUI !!

      Comment peut-on y arriver alors ??

      * élaboration par des assises régionales et nationales de l’Education où prennent part les fédérations des parents d’élèves, des enseignants, d’autres personnes ressources (pédagogues,sociologues et psychologues de l’éducation). = mise en avant de l’INTELLIGENCE COLLECTIVE pour les grandes décisions

      * Les grandes décisions sortant de ces Assises doivent être validées par l’Assemblée Nationale et le Sénat pour en faire DES MESURES ET LOIS fixées pour une période donnée (révisables au bout de 5 ans par exemple = plan quinquennal)

      * Le ministre de l’éducation désigné ne sera plus l’élaborateur de projets pour son département mais il utilisera tous les moyens (humains, matériels,...) pour faire exécuter ces mesures et lois fixées par l’ensemble des professionnels concernés . L’Assemblée Nationale et le Sénat sont les institutions de contrôle des actions de ce Ministre. S’il est incompétent pour cette exécution ou s’il veut dévier sur autre chose, il sera remplacé par un(e) autre qui, à son tour, ne peut faire que des amendements de textes fixés par les Assises et NON DES REFORMES pour ne pas tout démolir ce qu’ a décidé l’INTELLIGENCE COLLECTIVE

      * Cette démarche est transposable dans d’autres Ministères où les professionnels ont aussi leurs mots à dire pour fixer les grandes décisions dans leurs secteurs

      Après cette démarche de mise en avant de NOS VALEURS et de L’INTELLIGENCE COLLECTIVE pour les grandes décisions pour notre pays, la question éternelle de mettre l’élection présidentielle avant les législatives ou vice versa est-elle vraiment prioritaire ???

    • 9 mars 2010 à 16:22 | vuze (#918) répond à rabri

      Bonjour,

      - @ Rabri : Très bon exemple concret de votre proposition concernant l’éducation. Merci. Cela me fait penser aux 35h remises en cause par un changement de gouvernement (c’est un autre débat... :-))

      - @ Lalatiana : Comme vous l’avez souligné à la fin de votre post, le religieux fait partie de ces systèmes imposés aux traditions de différents pays. A Madagascar et dans tous les pays en voie de développement, les colons ont amené le catholicisme, RA8 a imposé le protestantisme. A vrai dire, ça me dégoûte un peu car quand je vois des gens pratiquer une religion, je me dis qu’ils ont abandonné leurs cultes traditionnels ou plutôt qu’ils ont été fortement incités à les abandonner. On continue à faire croire aux gens (grâce à Tintin entre autres) que les missionnaires venaient dans leurs pays pour leur bien, exclusivement.

      Cordialement.

    • 9 mars 2010 à 18:47 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Oups ... je n’aurais pas du dire "le religieux" mais plutôt le spirituel ...

      Ra8 a eu tort de mélanger les genres et d’utiliser le protestantisme comme outil de pouvoir ... mais l’idée de redonner une dimension spirituelle (cf Andriamanitra et Zanahary) n’était pas idiot.

    • 9 mars 2010 à 18:57 | lalatiana (#1016) répond à rabri

      Bonjour Rabri ...

      Ben voila ... on se rend compte qu’on peut s’entendre sur certains points ... tant que ça reste au dessus de la ceinture ;-)
      ... Et qu’on arrête de se taper dessus en hurlant sur la "pourriture" de nos poulains respectifs ... (et il n’empêche que je reste convaincu de la nuisance du votre) ...

      J’ai pour ma part apprécié lire ce que vous disiez à propos de l’éducation sur le forum ( sur un sujet Unicef, je crois) il y a quelque temps.

      Je ne suis pas nécessairement d’accord sur tout ce que vous dites ni nécessairement d’accord sur votre approche, mais j’ai apprécié la sincérité de votre démarche ...

      Cdt

  • 9 mars 2010 à 13:16 | jojo (#3543)

    ... d’accord a 100% pour qu’aucun des ex dirigeants (Ratsiraka, Zafy, Ravalomanana, rajoelina) ne soit autorise a se presenter aux elections presidentielles...en revanche les elections legislatives doivent se tenir avant la presidentielle car le contre pouvoir (assemblee) doit preceder - dans le fond et la forme - le pouvoir pour nous premunir contre tout suivisme de la part des deputes comme cela fut le cas par le passe... a nous malgaches d’imposer aux deputes le debat sur les choix de societe et l’ethique en politique... les deputes l’imposeront a leur tour au president elu...

    • 9 mars 2010 à 13:45 | râleur (#3702) répond à jojo

      Jojo,

      jsutement l’idée que je partage avec Georges c’est que le Président ne peut être ’’suivi’’ et que les Députés ne peuvent lui imposer car il n’a pas à définir la politique générale du pays.

      Les électiosn légisatives c’est pour ermettre au Pr’sident, en fonction des résultats des partis politiques, de nommer un PM en charge de former un Gvt.

      On ne peut laisser notre pays 6etre représenté par un qqun qui n’a reçu aucun vote, come Rajoelina. plus longtemps. C’est comme une sorte de punition que l’on subit, alors il faut écourter au plus vite cette période

  • 9 mars 2010 à 14:06 | meloky (#637)

    Ory Onkel Geoges !

    Efa nifankahita tarehy hatrin’ny ela ange ireto 4 milaza fa tompon-daka amin’ny adi-hevitra tsy mamokatra eh !

    Ny vahoaka mivaha ! ny Mpiasam-pajakana lasam-borona !, Ny Mpampianatra hanombka any amin’ny jardin d’enfant indray, ny toko aza kila forehitra. Ny fihavanana efa nahodina ho fandranitana raha tsy fiatsarambelatsihy.

    Ny vahiny manao teniko fe lehbe ! Ny ato antranao manao toa ny valala an-karony.

    Ny milaza azy ho hendry miantso olona tiatena hanohy hitsoka mangina ny fananan-dramalagasy. Ny kely loha be fiankina !

    Ny ray aman-dreny diso anatra ! ny vahoaka manontolo fanina ambony sy ambany.

    Ny vahaolona ny fifidianana ihany !!!!!!!!!!!!!!

    • 9 mars 2010 à 16:55 | Rasoa (#1122) répond à meloky

      Tena TSARA be mihitsy ilay fitanisan’i meloky ireo OLANA MAHARIKORIKO nateraky ny fanonganam-panjakana ireo.

      Ka inona no solution ?

      Asaivo VAHAN’IREO NAHAVANON-DOZA ka inona moa raha vitany ? Te hanao aminy eo ka hoy aho hoy ...

    • 9 mars 2010 à 17:18 | meloky (#637) répond à Rasoa

      Le tena nahavanon-doza lasa nitsoaka any amin’ny tanin’ny zoulou ! k’aiza fa dia anjaran’ny mahantra sy fadiranovana no mandamina ny manaraka.

      Ny tena loza dia ity : ireny manina ny tongolon’i Egypta no toa mamofona lavitra toy izay ny fatin’alika !

      Asa fotsiny h’aho, fa mandihy tsi-afa-tavony ny rehetra !

    • 10 mars 2010 à 07:54 | Rasoa (#1122) répond à meloky

      meloky,

      Tena mamofona tokoa ny FAT-n’alika ry meloky ary nanomboka tamin’ny nahatongavany dia toy izao ny shéma :

      Ny mpanongam-panjakana lasa "mpanefoefo"
      Ny antonontony lasa "mahantra fadiranovana"
      Ny "fadiranovana" lasa "foza"
      Ny "foza" mitangorona amin’ny FAT-n’alika

      Ka dia asaivo mitady solution ny FATn’alikanao sa tsy afa-mihetsika intsony ???!!!

  • 9 mars 2010 à 17:15 | Gasymahiratra (#3690)

    Mr l’éditorialiste

    Votre solution n’est pas si mal et réalisable si nous arrivons à convaincre !!!
    Seulement quelque précision :
    1) Election du Président de la Transition !!! pas de la république car la IIIè république n’est plus et nous sommes désormais dans l’extraconstitutionnel ou la Transition. Le président de la République ne sera élu que sous la IVè Costitution de la République. juste une précision.

    En ce sens, par rapport au schéma de sortie de crise de la HAT, Georges avance une étape suplémentaire : election du président de la Transition
    Election Président Transition
    Gouvernement de coalition
    Référendum constitutionnel/assemblé constituante
    Election présidentielle et/ou législative
    Election décentralisée ou fédérale (communale ;régionale ;"sénatoriale")

    Donc, faire la présidentielle deux fois !!! Le rapport qualité/Cout (cout bénéfice ou cout efficacité) est selon l’exigence de chacun !!!

    A t on les fonds pour faire deux tours de présidentiel ??? Arrive t on à le faire sans l’appui financier de cette intéressée CI ???

    Il faut tenir compte des paramètres et contraintes : temps, budgét, ressources (humaines et matériel), crédibilité, transparence, équité ....

    Mais ceci étant, il faut aussi définir les conditions de l’érection de ce gouvernement de coalition par avance ???? à moins que ce serait parmi les thèmes à développer pendant la campagne électorale ???

    Editorialiste, à ta plume stp

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS