Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 2 juillet 2022
Antananarivo | 01h42
 

Tribune libre

Communiqué du SeFaFi

Madagascar, qu’as-tu fait de tes 50 ans d’independance ?

mercredi 9 juin 2010

Au regard de l’histoire, un demi-siècle est une courte période. N’oublions pas que les cinquante dernières années prolongent une évolution dont les premiers indices humains remontent au Vème siècle de notre ère. Il y a près de deux siècles, la monarchie merina avait obtenu la reconnaissance internationale de Madagascar pendant plus de soixante quinze ans : le traité conclu avec l’Angleterre par Radama 1er le 23 octobre 1817 conférait à celui-ci le titre de « Roi de Madagascar », alors même que son pouvoir ne s’étendait que sur les deux tiers du territoire. La célébration du cinquantenaire de l’indépendance recouvrée en 1960 ne doit donc pas occulter le passé. Elle nous offre au contraire l’opportunité d’approfondir la connaissance de notre histoire commune, pour reconnaître et apaiser les conflits d’autrefois, et pour surmonter les injustices et les malentendus passés qui handicapent toujours notre présent.

Les cinquante ans écoulés nous laissent un goût amer, il faut le reconnaître. Nous sommes loin de l’euphorie et des espoirs qui avaient accompagné la proclamation de l’indépendance par Philibert Tsiranana, le 26 juin 1960. Depuis lors, l’euphorie s’est muée en tristesse et en nostalgie, et les espoirs en déception et en doute. Les Présidents successifs, Tsiranana, Ratsiraka, Zafy et Ravalomanana, ont tour à tour promis monts et merveilles, déchaînant l’enthousiasme des foules sur l’ensemble du pays. Aucun d’eux n’a tenu parole, chacun s’est vu congédié par des citoyens déçus et frustrés.

Plus inquiétante, l’aggravation de la pauvreté n’échappe à personne. Si la population a quadruplé depuis 1960, passant de 5.183.000 habitants à environ 20 millions en 2010, le PNB par tête a diminué de moitié. En 1960, le citoyen pouvait acheter un kilo de riz avec une heure de travail payée au salaire minimum ; aujourd’hui, il y faut trois heures de travail. L’échec est encore plus grand, si on compare Madagascar avec des pays qui jouissaient d’un niveau comparable au nôtre en 1960, tels que la Corée du Sud ou notre voisine Maurice.

Enfin, nul ne conteste la dégradation de la qualité du vivre-ensemble. Les valeurs constitutives de notre identité malgache sont assurément présentes dans les esprits comme dans les discours, mais elles semblent avoir perdu leur force opératoire. La tolérance et l’hospitalité, le respect des anciens et la non-violence, qui valaient à Madagascar l’estime des autres nations, ont largement disparu des pratiques sociales. Le fihavanana, qui pourtant symbolise la civilisation malgache, ne créé plus l’unanimité des cœurs et des pensées.

Loin de pousser au découragement ou au renoncement, ces échecs devraient au contraire nous interpeller, et nous mobiliser. Le fait d’avoir surmonté des crises majeures qui auraient pu rompre l’unité nationale témoigne de la volonté de poursuivre ensemble le difficile chemin qui mène à la démocratie et au développement. Le fait de lutter sans relâche contre la pauvreté ambiante prouve la capacité d’innovation d’une population qui s’adapte peu à peu à la science et à la technique, à l’urbanisation et à la mondialisation. Le fait de se référer aux valeurs traditionnelles, même si elles sont trop souvent bafouées dans les faits, démontre l’attachement de tous à la particularité de notre identité.

Mais nous le savons, la tâche sera rude et longue. Il est difficile pour une société comme la nôtre de passer rapidement et sans mal d’une civilisation traditionnelle orale, hiérarchisée et agraire, à une civilisation moderne qui ne peut que devenir urbaine, égalitaire et technicienne. Alors, faisons en sorte que ce passage soit le plus rapide et le moins douloureux : cet objectif constitue le principal défi des décennies à venir. Seules l’adhésion et la participation de tous, sans arrière-pensées, permettra de le réussir dans les meilleures conditions.

Pour que ce défi puisse être relevé dans les 50 prochaines années. Et pour que les enfants d’aujourd’hui puissent célébrer le centenaire de l’indépendance malgache dans la concorde et la prospérité, que chacun prenne dès à présent toutes ses responsabilités ! L’avenir ne se construit pas dans l’attente d’un homme providentiel qui n’existera jamais. Il se construit avec des citoyens honnêtes et compétents, et des responsables dévoués au bien commun, respectueux des droits de chacun et sachant écouter une société civile vigilante.

Depuis bientôt dix ans, le SeFaFi s’est efforcé de tenir ce rôle de vigilance. Un quotidien de la place, plutôt favorable à Marc Ravalomanana, a écrit récemment que si ce dernier avait tenu compte de ses mises en garde, il serait encore au pouvoir. Cet échec est autant celui de la société civile, qui n’a pas suffisamment joué son rôle, que celui de dirigeants prisonniers de leurs ambitions et de leurs certitudes.

Les responsabilités du passé sont celles de tous, les espérances de l’avenir sont à assumer par tous. Aussi faut-il nous interroger, en ce temps de célébration. Nous sentons-nous toujours partie prenante d’un destin commun ? Prendre en compte l’intérêt national n’est pas incompatible avec son intérêt personnel ; mais il faut que chacun respecte la loi, qui doit donner une chance égale à tous.

Enfin et surtout, sommes-nous conscients des structures d’inégalité et d’exclusion, dont la rigidité incite les uns à la révolte et les autres à la haine ? Au seuil du nouveau cinquantenaire qui s’ouvre à nous, le SeFaFi souhaite à Madagascar et à tous les Malgaches sans exception, de s’unir dans des responsabilités partagées, dans un travail discipliné et dans un vivre ensemble harmonieux.

Antananarivo, le 7 juin 2010

Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena
SeFaFi
Observatoire de la Vie Publique
Rue Rajakoba Augustin Ankadivato Antananarivo
Tél. : 22 663 99 Fax : 22 663 59 Email :
sefafimd@gmail.com

8 commentaires

Vos commentaires

  • 9 juin 2010 à 07:29 | ASHOK (#3597)

    Bjr à tous,

    Quelle loi a permis à Andry de prendre le pouvoir ?

    Hors seule la stabilité est garante d’un dévéloppement collectif pour l’ensemble des Malgaches.

    Le dernier rempart d’une nation doit etre sa constitution, c’est l’interet supreme du peuple, car cela permet la stabilité pour continuer le dévéloppement collectif.

    La HAT doit prendre ses responsabilité dans l’interet collectif de la nation.

    Meilleures salutations.

    • 9 juin 2010 à 07:54 | betoko (#413) répond à ASHOK

      On dirait que vous venez de naître, pourquoi avoir posé une question aussi bête , posez plustôt la question , " qui a mis Andry Rajoelina à cette place"
      Souvent je lis ici et même j’ai entendu sur RFI " le putchiste , l’auto-proclamé , en parlant d’Andry Rajoelina ... Relisez l’interview de l’ancien ambasaduer des Etats Unis dans l’Expresse de Madagascar du 22 Mai 2010 , dont voici un petit aperçu,"
      NOUS NE SOUTENONS PERSONNE , NOUS N’AVONS JAMAIS RECLAME LE RETOUR AU POUVOIR DE MARC RAVALOMANANA , NOUS AVONS MEME CONSTATE SA DEMISSSION

    • 9 juin 2010 à 11:49 | Bena (#2721) répond à betoko

      les vieillards rebondissent de nouveau. quand ils s’étaient tu, on était plus tranquille. c’est vous les vrais responsables, vous mettez de l’huile sur le feu partout.

      au fait, ceux qui veulent se plaindre auprès du Pape himself à propos de la politique du vatican et de omar dans notre pays peuvent envoyer des sms au +39.33.51.86.30.91, c’est garanti même si cela ne changera pas grand chose.

  • 9 juin 2010 à 08:15 | diego (#531)

    Bonjour,

    Ce que nous avons fait de notre 50 ans d’indépendance ?

    - on vient de le couronner d’un coup d’état l’année dernière. Et comme cela n’était pas suffisant, on continue dans la crise ? TSY, c’est comme de l’eau NATONDRAKA KANAKANA, cela ne nous mouille pas…même pas touché…même pas de crise…..VIVE LA HAT, VIVE RAJOELINA, VIVE 13 MAI…..

    Tenez, je viens de lire le petit interview que Mr. RAJEMISON a donné à Sobika….c’est déprimant.

    Voilà un bonhomme que je pensais (personnellement) UN HOMME D’ETAT….j’ai eu comme un tout petit espoir que lui au moins, il saura se RESERVER POUR LA REPUBLIQUE….mais tss-tss…un homme politique qui pense, un homme responsable soit-il, qui ne condamne pas le coup de tonnerre de la HAT et Cie est un homme perdu….Même chose pour RAJAONARIVELO, en dépit de ses expériences de affaires, il est quand même assez surprenant pour un homme de ce stature de se précipiter à rentrer dans le pays après le COUP de la HAT….mauvais timing…..

    RATSIRAKA n’avait pas bougé, quel classe, il est toujours en alerte…..RAVALOMANANA s’était perdu….personnellement, on peut émettre des doutes quant à la compétence de ses entourages……pourtant, un certain RANJEVA était à ses coté ( constamment )….le général n’avait rien vu, ni alerté de la grogne de la CAPSAT VE ???? L’ex Président avait renvoyé l’Ambassadeur Français….cela n’était à faire….Mr. RANJEVA était aux Affaires Étrangères….l’usage est que cet Ambassadeur n’aurait même pas dû quitter Paris si Tana n’en voulait pas….

    A nos amis :

    - Ce n’est pas très gentil de la part des pays, soit disant amis, de venir s’installer dans le pays et faire des affaires avec un pouvoir FANTOME, ILLEGAL et dont-ils savent fort bien qu’au mieux ce n’est qu’un pouvoir de TRANSITION…..l’usage c’est de venir aider la population qui n’avait rien demander….mais bien devant et la 1er victime de l’irresponsabilité de ses politiciens…..

    50 ANS d’INDEPENDANCE ???? Nos soldats frémissent en ce moment pour PARIS, mais alors pas du tout pour MAHAMASIANA….il y a rien à attendre de MAHAMASINA, défiler devant un parterre de gens aussi FOURBES les uns que les autres et devant des GRADES qui n’ont pas de couilles entres les jambes….qui le désirent ????

    Personnellement, je mets tous mes espoirs sur une élection PRESIDENTIELLE pour le retour de nos INSTITUTIONS….Mr. RAJEMISON dit que Madagascar est présenté partout, malgré la crise…..Mais Monsieur, la présence d’un tel ou tel responsable de la HAT ou ses alliés par ici par là dans le monde n’A PAS PERMI à MADAGASCAR de sortir de la crise depuis UN AN…..nous ne sommes pas dans le même monde…..NY VAHOAKA, c’est le mot CLE TOMPOKO….la NATION sous votre responsabilité, vous et vos alliés…..50 ans d’Independance, seulement, mais on veut doter le pays d’un 4em REPUBLIQUE que personne ne sait pas expliquer le pourquoi de comment….

  • 9 juin 2010 à 17:14 | FeoIray (#341)

    SEFAFI : vous avez vraiment le sens de l’humour ?

    j’emprunte la question de NJ ici : "depuis quand un religieux étranger à le droit se mêler de la politique nationale ? "

    est une autre question simple : est-ce que nous sommes mieux maintenant par rapport à la situation d’avant 17 mars 2009 ? (economiquement et sur le plan de la democratie)

    • 9 juin 2010 à 21:13 | Tanindrazana (#3224) répond à FeoIray

      Depuis que Andry Rajoelina a foutu la m..... dans notre pays, rien ne se fait plus dans la regle. Tout est bordel, dictatorial, inhumain, sans fondement moral, sans base constitutionnelle, sans ethique et sans competence. Alors ne vous etonnez-pas car il agira toujours de la sorte et son equipe brillera par son incompetence et irrealisme collectif. Un religieux prend part a la crise et ce n’est pas tout ; on arrete et en emprisonne sans justice. En outre l’economie est au bas de l’’echelle si ce n’est deja dans le gouffre total. On sacage nos richesse sans vergogne et on s’aligne avec des anciens colonisateurs pour jouir d’une force terrorisante et d’oppression. Nos citoyens deviennent silencieux et amorphes, et surtout subissent sans trop reagir du mefait de la crise actuelle. Les gens meurent et deviennent plus que pauvres et semble etre delaisses sans espoir. N’empeche que la majorite des Malagasy reconnaissent que ce vent de changement n’a rien apporte que du mal a notre pays . Voila ou on en est apres 50 ans d’independance.... Biens sur que tous les dirigeants ont ete plus ou moins responsables de la degradation de notre pays mais ils ont aussi apporte chacun des bienfaits pour notre nation. Malheureusement, les dirigeants de ce pouvoir de fait sont ceux qui ont apporte le plus de destructions et de mefaits a notre pays. Notre economie est en ruine ; notre mentalite a ete pourrie en une annee ; notre armee a ete rendue fameuse par la corruption ; le pays est divise ; plus de fihavanana ni de soatoavina ; on agit seulement pour l’argent et l’ambition deplacee de diriger pour mieux gagner. Dommage car on n’aplus de valeur morale, ni d’ethique politique et meme on vit le chacun pour soi.....et on veut celev=brer nos 59 ans d’independance. J’y vois pas du tout l’interet si la majorite du peuple Malagasy souffre et trouve leur avenir compromis de la sorte. Il doit partir ce pouvoir de fait avec son president non elu et toute son equipe de deloyal. Ce n’est qu’apres qu’on peut envisager une mosdeste celebration sans aucune Celine Dion ou un autre Jhonny Halliday, made in france ou a la francaise.

  • 9 juin 2010 à 20:50 | Zafimaro (#3479)

    SEFAFI, SEfo ny FAndripahina ny FIhavanana = olony franTAY sy OMAR. Tsy misy ilana azy.

  • 11 juin 2010 à 08:42 | doris24 (#2499)

    afin de voir lincapacité flagrante de tout ceux qui ont depuis l independance de diriger le pays de faire paraitre une comparaison des chiffres de production est dexportation ? a lindependance est maintenant ? tous ces beaux parleur dit " intelectuel " beau parleur y a ka , faut cons fasse cela , il aurrait fallut faire cela ? etc....de constater lincapacité réelle allor svp Mrs comparer est vous verrez ? le pére pédro a nourir avec laide de ces donateurs plus denfants que tous les politiques réunis bref je pourait a linfini donnez des exemples , ah oui joublier y a lorgueil defaut national ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives