Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 15h17
 

Société

Grève de la Jirama

Ni banderole ni rassemblement

jeudi 28 août 2008 | Herimanda R.

La première journée de la grève des agents de la Jirama a été un jour sans. Peu de mobilisation pour ne pas dire que quelques grévistes seulement ont répondu à l’appel des syndicats. La manifestation n’a pratiquement pas eu lieu. A Soanierana où s’est tenue la grève,le lieu a été presque vide et il n’y a eu ni banderole ni discours ni rassemblement. Une sono y a été installée, mais elle n’a diffusé que de la musique. Selon les explications fournies par certains leaders, certains grévistes sont venus le matin mais ils se sont dispersés. D’autres ont pris place dans un petit coin tout en fumant et bavardant. Nombre d’agents de la Jirama travaillant dans ce service à Soanierana ne sont même pas sortis de leur bureau.

Par rapport aux déclarations des syndicats, cette première journée n’a pas eu l’effet escompté. En province, aucun écho de la grève. En tout cas, les principaux leaders ont affirmé leur volonté de continuer ce mouvement syndical. En résumé, des syndicats au sein de la Jirama ont revendiqué l’amélioration de leur condition de vie. Il y a eu déjà une rencontre avec la direction générale. Mais elle n’a pas abouti à la résolution du problème. Joint par téléphone, le chef de Département de la Communication de la Jirama a affirmé que « la direction générale laisse toujours sa porte ouverte à toute négociation ».

=============================
- Thierry Rakotobe : « La grève ne fait que débuter »

« Nous ne ferons pas machine arrière ».

La grève des agents de la Jirama a débuté hier. Elle a été peu suivie. Ils n’étaient pas nombreux à manifester. Thierry Rakotobe, vice-président du délégué du personnel à Antananarivo a apporté des explications.

Madagascar Tribune : On a pu s’apercevoir que la première journée de la grève n’a pas été remarquable. Peu de grévistes ont répondu à l’appel des syndicats. Comment expliquez-vous cette situation ?

- Thierry Rakotobe : Nous, les Malagasy, avons un proverbe. « Ny omby indray mandry tsy indray mifoha ». Tous les agents de la Jirama ne se réveillent pas en même temps. Il y a toujours ceux qui se lèvent tard. La grève ne fait que débuter. J’espère bien que nos amis vont nous rejoindre. Peut-être, vous ne l’avez pas remarqué, mais des grévistes ont été ici mais ils se sont dispersés.

Cela ne vous décourage-t-il pas ?

- Nous, en tant que leader, nous avons toujours le courage. Sinon, nous ne devrions pas être à cette place.

Qu’est ce que vous allez faire maintenant ?

- Nous resterons ici et attendons nos amis. Nous ne ferons pas marche arrière. Nous irons jusqu’au bout. La grève continuera jusqu’à ce qu’il y ait des négociations avec la direction générale de la Jirama. En fait, nous privilégions le dialogue. Nous n’avons pas imaginé que nos revendications aboutiraient à cette manifestation. Mais comme il s’agit d’un dernier recours, nous avons décidé de nous mettre en grève.

Propos recueillis par Herimanda R.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS