Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 4 juillet 2022
Antananarivo | 09h24
 

Tribune libre

Océan indien, zone de paix

mardi 27 juillet 2010

Le 16 Décembre 1971, l’Organisation des Nations Unies a passé la résolution 2832 pour déclarer l’Océan Indien comme une zone de paix. La résolution a fait un appel auprès des grandes puissances pour entrer en consultation avec les États riverains de l’Océan Indien avec l’idée d’arrêter davantage l‘expansion de la présence militaire dans la région. La résolution a aussi fait un appel pour l’élimination de toutes les bases, installations militaires et fournitures des installations logistiques ; l’élimination des armes nucléaires et des armes de destruction massive et contre toute manifestation des grandes puissances qui sont présentes dans la région. La démilitarisation de l’Océan Indien a aussi été faite à la demande de l’OUA rebaptisée depuis comme l’Union Africaine. Un autre mouvement revendiquant la démilitarisation de l‘Océan Indien est le NAM, co-fondateur de l’Inde durant la guerre froide.

Le mouvement non aligné est composé de 118 pays y compris l’Inde et Maurice. L’un des objectifs principaux du mouvement est de lutter contre l’impérialisme, la colonisation et toutes formes d’attaques étrangère, occupation, domination, ingérence ou hégémonie, aussi bien contre les grandes puissances ou coalitions politiques. Suite à la conférence des non alignés à Lusaka Zambie en 1970, l’Inde a activement soutenu toutes les propositions visant à déclarer l’Océan Indien zone de paix.

Les critiques de l’Inde, après la guerre froide ont été spécifiquement pointées vers les Etats Unis et les bases des puissances occidentales présentes dans la région. Cette situation changea dans les années 90. Les ressources minérales et énergétiques présentes en Afrique sont devenues importantes pour satisfaire les besoins de l’économie indienne plus que jamais florissante.

L’Inde qui s’opposait depuis des générations avec le Sri Lanka, Tanzanie, Madagascar et Maurice, contre la présence des forces dans l’Océan Indien a adhéré au conglomérat des puissances superbes et est graduellement en train de se développer en la plus grande puissance militaire parmi les états riverains de l’Océan Indien.

L’Inde n’est certes pas encore une super-puissance mais elle a certainement le potentiel et l’ambition de l’être en temps voulu. Aujourd’hui nous sommes témoins d’une expansion certaine des intérêts de l’Inde dans la région de l’Océan Indien.

Dans sa quête de lieux stratégiques dans la route de pétrole brut et le commerce des matières premières, l’Inde a activé sa première station d’écoute dans le Nord de Madagascar, des radars et systèmes de surveillance pouvant capter les communications entre les navires étrangers. D’après la défense indienne, la station de garde passera aussi en revue les activités terroristes et de piratage, mais son objectif principal est de contrecarrer l’influence de la Chine dans la région. La Chine est devenue le facteur clé de la politique étrangère et en matière de sécurité indienne. L’Inde se penche sur le développement d’un autre moyen de contrôle sur Agalega, une ile qu’elle a louée de Maurice dans un proche avenir. Le mois dernier, le navire marine INS Trishul était en train de mener des patrouilles de surveillance en collaboration avec les gardes côte Mauriciens.

L’inde a intensifié sa présence navale dans l’Océan Indien durant les dernières années. L’armée marine indienne participe régulièrement dans des opérations anti-piratage et de sécurité marine en collaboration avec les pays du long des côtes africaines.

Les activités militaires indiennes grandissantes et son but d’établir une suprématie navale dans l’Océan Indien sont une barrière de plus dans le procecus de faire de l’Océan Indien une zone de démilitarisation et de paix. C’est navrant que le gouvernement mauricien et la presse nationale ont échoué à soulever la question avec Krishna,le ministre indien des Affaires Etrangères durant son séjour récemment à Maurice. En attendant, l’Océan Indien est sur le point de devenir un akhara pour la rivalité indo-chinoise.

Atman Ramchalaon

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS