Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 15h17
 

Tribune libre

Vive l’aventure, vogue la galère et en avant la musique

mercredi 16 septembre 2009 | Georges Rabehevitra

Vous ne trouvez pas que cela ressemble un peu au cri d’un DJ pour chauffer l’ambiance dans une boîte de nuit ? Non ?

Pourtant, c’est bien le chemin que les tenants du pouvoir actuels ont adopté comme seule solution pour nous sortir de cette crise politique profonde. La crise est profonde, pas facile à résoudre, mais apparemment leur réflexion n’a pas été aussi profonde que la crise. La solution proposée, nommer un gouvernement dans lequel la tête (le Président et le PM) est la même, et les ministres un ramassis de bonne volonté sans projet politique commune, n’est certainement pas à la hauteur du problème posé

Aventure

Vouloir gouverner notre pays, sans l’appui des bailleurs c’est comme partir en mer mais sans pagaie ni moteur. On verra bien en fonction du vent et du courant. C’est ça l’aventure.

De toute façon, avoir voulu aller jusqu’au bout d’un putsch, avec un attelage hétéroclite, en plus avec des sous-officiers et des officiers subalternes, c’est se lancer dans une aventure. Une aventure peut-être exaltante, mais cela demande un minimum de préparation. Ce qui n’a pas du tout été et n’est toujours pas le cas.

Dans l’état actuel des choses, on voit bien qu’Andry Rajoelina n’avait et n’a aucune emprise sur quoi que ce soit. C’est la tournure des évènements qui fait qu’il est là où il est. Il n’a rien prévu, sinon la fin aurait été meilleure.
Il ne peut qu’essayer d’écouter des conseillers en tous genres, dont des sortis de prison qui sont devenus aussitôt opérateurs en riz. Vous voyez le cirque ! Oui mais, dans un cirque, le spectacle est organisé et réglé comme une horloge et au moins les spectateurs s’amusent et admirent. Ici rien de tout cela, ce ne sont que misères, inquiétudes et ras le bol pour nous autres citoyens qui essayons de survivre comme nous pouvons, alors que le bateau Madagascar est déjà en pleine tempête.

Vogue la galère

Maintenant que l’on est en pleine tempête, le maître mot serait : ‘’et vogue la galère’’. Pourquoi pas, mais au moins, il faudrait savoir pour aller où ? avec quel objectif et quels moyens ? Quand on n’a aucune compétence ou expérience, que ce soit dans le domaine de la gestion publique, sans parler de politique (au sens noble du mot), c’est vraiment la galère.

Malheureusement, tout ce beau monde qui nous dirige nous y amène de force, et sans en avoir mesuré les conséquences terribles. Il faut être d’un cynisme qui dépasse tout entendement pour amener tout un pays dans une galère pareille. A moins que ce soit de la folie pure. Avec tous les dirigeants successifs de notre pays, il ne faut s’étonner de rien. L’histoire a montré que ce sont tous des fous, différents chacun dans leur genre, mais des fous quand même. On peut l’affirmer car autrement, notre pays ne serait pas dans cet état.

L’aventure et la galère, on peut l’accepter pour une promesse réelle de lendemain meilleur. Ce n’est même pas le cas car ici, c’est l’aventure pour l’aventure, sans rien au bout, sauf la misère du peuple et de la Nation.

En avant la musique

En musique, cela peut être agréable de faire une jam session de musique, et même sans partitions. Mais pour cela, il faut des musiciens talentueux et qui aime réellement la musique. Ici, ce n‘est pas du tout le cas. Les soi-disant leaders n’ont aucune connaissance musicale (compétence et expérience) et on doute fort de leur amour réel pour la musique (ici pour la Patrie). On a plutôt à faire avec une bande de joyeux drilles qui ont envie mais qui n’en ont pas les moyens. Le problème c’est qu’on ne peut pas faire de la musique (sans parler de bonne musique) sans instruments et encore moins avec un ramassis de personnes hétéroclites dont on ne sait même pas à quoi ils peuvent servir. Du coup, c’est la cacophonie totale et tout le peuple commence à avoir mal aux oreilles, sans parler des instruments (les institutions) qui sont mis en mal.

Conclusions

Pour conclure, l’équipe dirigeante précédente a considéré notre pays comme sa petite entreprise, la nouvelle équipe nous embarque pour une aventure sans lendemain et qui ne peut entraîner que la misère et le chaos. De toute façon, la perdante, in fine, c’est toujours le peuple et la Nation. Mais cela, c’est le dernier de leur souci, obnubilés tels qu’ils sont par leur pouvoir de pacotille et sans lendemain.

Avec des politiques d’un si piètre envergure, il ne faut pas s’attendre un jour voir notre pays s’envoler vers la modernité que méritent nos enfants. Mais je n’accepte pas la fatalité.

Georges RABEHEVITRA

16 commentaires

Vos commentaires

  • 16 septembre 2009 à 07:49 | titi (#219)

    encore un écrit très réaliste et véridique de la situation Madagascar, j’ai l’impression que la majorité des tananariviens sont des fatalistes, car la misère engendré par la fermeture des aides va les toucher en premier, les côtiers qui ont toujours survécu sans ces aides suivront. Bref le fatalisme est auto destructif, le seul espoirs serait que cette crise nous amène dans la misère complète pour surpasser ce fatalisme un jour

    • 16 septembre 2009 à 14:59 | Jim-0450 (#945) répond à titi

      Merci Georges.

      Helas,c’est tout à fait la situation actuelle,seulement en plus de ça...

      L’arrestation arbitraire,la violence,la barbarie,l’oppression...

  • 16 septembre 2009 à 09:51 | nyvo (#1800)

    Pour conclure, l’équipe dirigeante précédente a considéré notre pays comme sa petite entreprise, la nouvelle équipe nous embarque pour une aventure sans lendemain et qui ne peut entraîner que la misère et le chaos. De toute façon, la perdante, in fine, c’est toujours le peuple et la Nation. Mais cela, c’est le dernier de leur souci, obnubilés tels qu’ils sont par leur pouvoir de pacotille et sans lendemain.

    ****************************************************

    Aleoko lavitra ilay mpitondra teo aloha rabehevitra a, toy izay ilay amin’izao. Tena lasa voron’azon’adala ilay firenena e, efa miala aina mbola lalaovina ihany. Mimenomenona ny douaniers dia homena treisieme mois de mangina ny vavany, mimoninonina ny administrateurs civils dia homena toerana ao @ presidence dia hangiana koa. Ary ireto mpiasa madinika miasa @ zone izany ahoana mitsy ??? Toa tsy misy miasa saina sy tsy misy mivaky loha ny momban’izy ireo na ho tapaka any ary io Agoa io.

    • 16 septembre 2009 à 10:01 | georges Rabehevitra (#3099) répond à nyvo

      je ne sais pas si c’était mieux.

      Avant c’est la peste, maintenant c’est le choléra.

      On attend le prochain qui sera le Sida et qui achevera une bonne fois pour toute notre pauvre pays ?

    • 17 septembre 2009 à 09:23 | nyvo (#1800) répond à georges Rabehevitra

      tsy marina izany pesta izany e, izaho tsy mpiasan’ny tiko, sady tsy mpiasampanjakana, mpiasa aty @ prive aho. Tsy nahazoako tombotsoa manokana ny fitondrana teo aloha, nefa na izany aza nilamina ilay fiainana, afaka niasa tsara, afaka niaina tsara fa amin’ity fitondrana nangalarina ity dia ny asa keliko indray ary no ho very, izany hoe ny kely ananako indray izany no hesorina amiko.
      Fehiny, ity fitondrana ity no tena cholera fa ilay teo aloha tsy pesta araka ny filazanao azy mitsy.

  • 16 septembre 2009 à 10:12 | poiuyt (#584)

    Joli discours, Mr Rabehevitra. Le pouvoir tient, donc il y a un équilibre.

    A moi une question : si vous dites que c’est des ramassis, pourriez-vous dire, non-obstant la condition des gens honnêtes (non-enrôlés pour faire des dégats) du 13-mai orange, comment a-t-on pu gagner le pouvoir, comment peut-on s’y maintenir malgré (dit-on) vents et marées, d’où viennent les envies, les idées, les forces, puis les courages, et enfin ce fait.

    Comment aujourd’hui, malgré l’imminence d’un danger, trouve-t-on encore le courage d’attendre sereinement la révolution sous-entenduement souhaitée dans votre texte.

    Ou alors ce ne sont pas des ramassis.

    • 16 septembre 2009 à 10:32 | georges Rabehevitra (#3099) répond à poiuyt

      je ne pense pas que la solution soit de passer par un autre coup d’Etat, ni de faire une révolution. Mettre la pression sur le pouvoir actuel pour qu’ils acceptent de dire qu’ils ne pourront rien faire sans les citoyens, sans les autres partis politiques, sans les bailleurs de fonds.

      Comme il sont sourds, il faut tout faire pour les empêcher d’être autiste. redresser le pays relève d’une oeuvre commune.

      je parle bien de ramassis, qui veut dire des choses que l’on a ramassé ici et là. Je vous rappelle quand même que jusqu’à maintenant, je n’ai pas entendu un seul discours de poltique général de la part du nouveau pouvoir. On a bcp plus parlé de postes que de buts.

      Lors du 2è mandat, l’ancien pouvoir était devenu sourd et autiste et était convaincu que son pouvoir n’avait pas de limite.

    • 16 septembre 2009 à 10:47 | poiuyt (#584) répond à georges Rabehevitra

      Vous n’avez pas répondu.

      A mon avis, il y a un poids dans cet équilibre qui, s’il est enlevé, on aurait un nouvel équilibre plus naturel, plus normal. Si ce poids est oté, je pense que vous aurez des tas de lettres de démissions, et d’auto-expatriements. Jusqu’ à présent personnellement, je n’arrive pas à m’expliquer la sorte de pudisme malgache à éclairer les projecteurs.

      Merci du dialogue établi.

    • 16 septembre 2009 à 10:53 | georges Rabehevitra (#3099) répond à poiuyt

      désole’mais je ne comprends pas votre question. Apparemment vous avez la réponse, alors c’est à vous d’étayer et d’exposer.

      Je ne vois pas où est cet équilibre dont vous parlez

  • 16 septembre 2009 à 10:21 | observatrice (#2065)

    justement un DJ, ce n’est pas un chef d’orchestre. Il met de l’ambiance à force de décibels et avec la musique des autres ; notre DJ national a les décibels (les militaires) mais les musiciens sont nuls et c’est la cacophonie

  • 16 septembre 2009 à 11:52 | thubert (#459)

    Je pense qu’en politique , le consensus ne sera jamais atteint sauf que je me suis trompé. Montre-moi des exemples des pays qui a vu la concretisation du vrai consensus dans le cas similaire que le nôtre s’il y a eu bien lieu.

    Moi , je roule pour mettre la pression à la HATe pour mettre en place des éléctions legislatives et présidentielles le plus vite possible sous l’égide de la CI (GIC, SADEC, UE, UA...) avec ce gouvernement de fait, tout en laissant participer à la course ceux qui n’ont pas encore volé pour la nation car on sait déjà qu’une fois en place, le président élu et son équipe sera atteinte de la maladie du pouvoir pour piller et appauvrir la société Malgache.

    Car je trouve, le vrai problème actuellement, ce que les anciens dirigents ont compris que sil’on ne sera pas au pouvoir, on n’arrive pas à convaincre la masse populaire ou bien on n’arrive pas à faire detourner le resultat des urnes.

    Et ceux qui sont au pouvoir aussi pense pareillement s’il ne sont pas là que
    pour remplir leur compte en banque et leur poche.

    il faut donc d’abrod une stabilité compromise, et la paix pour pouvoir mettre en place tout cela. Ceci ne veut pas dire, que je suis pour ou contre qui que ce soit, mais je suis pour la paix de Madagascar, avec ça, les élécteurs pourraient remplir leur devoir, et on aurait un président élu sous l’égide de la CI. Et cette dernière pourrait reconnaître le futur gouvernement. Mais bon ce n’est qu’une idée au lieu de perdre de l’argent pour de consesus qui ne sera jamais atteint et qui attise la haine entre Malgache.

  • 16 septembre 2009 à 16:06 | kakilay (#2022)

    Il est tout de même incompréhensible que le destin de 20 Millions de malagasy soit mis en jeu parce que l’un veut rester président et l’autre premier ministre.

    Il y a deux erreurs dans cette farce. Il s’agit de les identifier.

    • 16 septembre 2009 à 17:32 | rayyol (#110) répond à kakilay

      a mon avis ce n est pas une question de vouloir garder le pouvoir c est une question de confiance , si on donne du jeu quel usage l autre va en faire l armee a peur car ils risquent leur carriere ou leur vie quand on embarque dans un pareil bateau il faut s attendre a ramer jusqu a la terre ferme et toute erreur peut etre fatale auriez vous confiance a rat8 ou a Ratsiraka ou meme zaphy confieriez vous votre vie ou votre avenir entre leurs mains ces deux la ne devrait meme plus figurer dans le paysage ce sont les sous qu ils ont voler au peuple qui leur sert a diviser et a etre des nuisance pour ce meme peuple la difficultee c est de trouver des gens reellement honnete et pret a s impliquer au moins vous avez un depart ce qu il faut c est de conscienciser la vraie mouvance qui est le peuple et tout ce qui represente la societee civile ce sont ceux ci qui doivent s impliquer vous n avez rien a attendre des dahalo qui rodent encore ils en veulent a vos biens c est dans cette impasse qu est l actuel transition car le mot le dit bien transition vous semblez l oublier il faut qu il se degage une volonte du peuple ayez confiance faite votre deuil des vieux demons et appuyer le changement c est la seulement que vous aller avancer et cela ne se fera pas en 1 jour a mon avis vous en avez pour plusieurs annees a reparer les degats mais il faut bien commencer a un moment et je crois que c est le moment

  • 16 septembre 2009 à 17:34 | rayyol (#110)

    se lancer en affaire c est toujours partir a l aventure la vie est une aventure de quoi avez vous peur de mourir vous allez mourir de toute facon au moins choisir sa mort et vive la vie vive l aventure

    • 17 septembre 2009 à 09:53 | georges Rabehevitra (#3099) répond à rayyol

      Se lancer dans les affaires est une aventure, mais comme je l’ai dit, une aventure peut être excitante avec un minimum de préparation (étude de maerché, business plan...).

      Mais ici, ìl s’agit du peuple et de la Nation. Personnene ne peut s’arroger le droit de les entraîner dans l’aventure

  • 17 septembre 2009 à 23:23 | Albatros (#234)

    Bonsoir Mr Rabehevitra,

    C’est tardivement que j’ai pris connaissance de votre article. Je le trouve très pertinent et je vous remercie de votre honnêteté dans vos réponses aux forumistes.

    Continuez à nous écrire.

    Cordialement.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS