Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 15h17
 

Tribune libre

Faits du prince

mardi 15 décembre 2009 | Georges Rabehevitra

Au mois de juillet de cette année, sur cette même Tribune, j’ai évoqué les abus de droits et autres faits du prince. A l’époque, j’ai parlé des personnes interdites de sortie du territoire, pour avoir été plus ou moins proche de l’ancien régime.

Les exilés malgré eux.

Tous ceux qui prennent la peine de lire mes sujets ou mes posts constateront que je ne suis pour ni contre quelque mouvance que ce soit. Je suis contre tout ce qui relève du non droit et de la bêtise humaine.

Pour moi, l’interdiction de rentrer au pays, de participants à la dernière réunion à Maputo, relève de l’abus de droit mais aussi de la bêtise humaine.

Pas besoin d’être un juriste chevronné pour étayer le fait qu’il s’agit d’un abus manifeste de droit. Le responsable de la sécurité intérieure a beau évoquer comme il veut les motifs de cette décision, ils sont juridiquement nuls et non avenus. Ce qui est d’autant plus désolant de la part d’une personne qui est censée être un officier de la police judiciaire !

Cela relève aussi de la bêtise humaine car cela ressemble plus à une brimade de la part d’adolescents attardés que de supposés responsables judiciaires ou politiques.

Je rappelle quand même à tous ses amnésiques que, parce que Ravalomanana a abusé du droit et des brimades de ce type, que son régime a fini par vaciller et tomber, suite à un coup d’Etat (pour moi, tout changement de pouvoir par la force ou non, et non par des élections est un coup d’Etat). Je rappelle qu’au début de manifestations, c’est cette défense de la démocratie et des libertés individuelles qui a reçu une certaine ‘’sympathie’’ de la part de beaucoup de monde.
On prend les mêmes causes et les mêmes effets ? Dans ce cas, on a encore envie de dire : « tout ça pour en arriver là ? ». J’avais déjà dit au mois de mars (le 19/03, sous le titre « effet boomerang »).

D’un autre côté, pendant les premiers mois, tous les regards vont se porter sur les manières dont les tenants du pouvoir vont réellement gérer la démocratie, si tant revendiquée au début de cette crise. On va voir si tout le monde peut critiquer ouvertement leurs faits et gestes. Si au moindre prétexte genre « ordre public » ou « fausse propagande », on essaie de museler la libre expression, cela risque très vite encore de tourner au vinaigre

Alors, messieurs, ressaisissez-vous. Le ridicule ne vous tue peut-être pas, mais ce n’est pas une raison pour tourner en ridicule tout le pays.

En 2003, cela me rappelle une autre histoire en arrivant à Ivato, avec ma seule carte d’identité (mon passeport n’ayant pu être renouvelé à temps à l’Ambassade à Paris). Je vous relate ma conversation à l’époque avec un agent de la police de l’immigration :
- Policier : pour rentrer à Madagascar, il faut le passeport, la carte d’identité seule ne suffit pas.
- Moi-même : ma carte d’identité est fausse ?
- Policier : non. Mais il me faut le passeport.
- Moi-même : cela va être dur car mon passeport est à l’Ambassade à Paris et il fallait absolument que je rentre à cause de mon travail.
- Policier : désolé mais j’ai des ordres, il me faut un passeport.
- Moi-même : alors, vous allez m’expulser ? mais où, puisque ma carte d’identité qui n’est pas fausse montre que je suis malgache. Un pays ne peut expulser son ressortissant ailleurs. Je suis sur une liste de malfaiteurs ou condamnés ? dans ce cas, laissez-moi rentrer et mettez-moi en prison.
- Policier : non, vous n’êtes pas sur la liste mais je ne peux pas vous laisser rentrer. Vous avez bien un autre passeport ?
- Même si j’en ai 10 autres, c’est à côté du problème. Supposez que j’ai un passeport japonais, vous allez me laisser rentrer sans visa ? Ou alors, vous allez me faire payer un visa pour rentrer dans mon propre pays ?
- ….

Je vous laisse imaginer la suite de notre longue conversation mais au bout de _ d’heure, ce policier, ainsi que son chef ont fini par me laisser rentrer, convaincus que la situation était ubuesque et relevait de la « bêtise humaine ».

Avec ces histoires d’exilés malgré eux, au-delà de la misère, notre pays se couvre de honte. En malgache, on dirait gravement : « afabaraka ». Mais nos dirigeants actuels n’en ont cure ?

9 commentaires

Vos commentaires

  • 15 décembre 2009 à 09:42 | Mbôty (#3544)

    Tout le monde lance des appels et met en garde ce TGV. Est-il capable de les entendre ? La HAT est devenue sourde et aveugle mais pas muette malheureusement. Mais je me pose une question:sont-ils vraiment ignorants au point de faire toutes ces bêtises, ou bien font-ils exprès pour faire couler le pays ?

  • 15 décembre 2009 à 10:26 | Zama (#3497)

    HO AVY NY TA... TSY OMBY VOVOVOVOVOVOV

  • 15 décembre 2009 à 13:49 | Rainivoanjo (#1030)

    Vous avez parfaitement raison et des situations aussi stupides sont malheureusement courantes. Du temps de Tsiranana, grand ami du pays des droits de l’homme, les Malgaches avaient besoin de visa de sortie pour quitter Madagascar et cela n’a pas duré quelques mois. Et c’est contre cela que tous les démocrates, tous ceux qui veulent un véritable état de droit et contre les abus de pouvoir doivent se battre. C’est un combat de chaque instant, à tous les niveaux pour faire avancer les choses. Madagascar a besoin d’un grand nettoyage, et ce n’est pas avec les vieux chevaux de retour que cela va commencer.

  • 15 décembre 2009 à 14:27 | ragasy (#416)

    M. Rabehevitra,

    C’est sans inimité aucune que je me permets de relever une remarque sur votre histoire à l’aéroport d’Ivato.

    Sur la première partie de votre post, je n’ai rien à dire sur l’imbécilité de Organès et de tous les autres d’ailleurs. Sauf peut-être que le véritable enjeu en 2002 c’était "1er tour dia vita". Est ce que vous savez qui a inventé ce slogan ? Réfléchissez-y.

    J’en reviens à votre histoire d’Ivato. Et je vous remercie de nous l’avoir racontée.

    Vous semblez blâmer le "pauvre" policier qui, en fait, n’a fait que son devoir, la responsabilité qui est la sienne ! Et par la suite vous qualifiez la situation d’"ubuesque" voire de "bêtise humaine" et qui n’a complètement rien à voir, alors là pas du tout, avec vos propos précédents.

    Votre problème en réalité vient du fait que vous n’avez pas mis à jour votre passeport et ça c’est votre responsabilité et non celle du policier. Donc vous n’êtes pas en REGLE.

    Car c’est cela le problème des Malgaches, problème qui a été amplifié au centuple par cette crise "imbécile" : le non respect de règles, des lois, qui tout peut être résolu par des arrangements au détriment de la prise de responsabilté.

    Et cet état de chose conduit automatiquement à la corruption. Heureusement que vous, M. Rabehevitra, n’êtes pas parmi ces gens-là qui sont prompts à "mametraka kely". Et le plus malheureux c’est que c’est la personne qui refuse cela qui est taxé de "vendrana" (comme tgv ). Le monde à l’envers quoi.

    A mon avis vous auriez dû féliciter cet agent au lieu de le taxer de M. Ubu et même de bête. Et vous, qui n’avez pas renouvelé à temps votre passeport, vous êtes quoi ?

    A mon humble avis c’est cela le véritable défi des Malgaches : être des bons citoyens.

    Bien à vous

    • 16 décembre 2009 à 04:54 | Georges Rabehevitra (#3099) répond à ragasy

      Cher Ragasy,

      Je ne blâme pas dut otu le policier. La preuve, il a fini par admettre,avec son chef, que normalement, pour entrer au pays, il sufffit de prouver que l’on est malgache (CI, permis,...). En fait, cette exigence datée de l’époque Ratsiraka pendant laquelle il fallait avoir, comme vous dites, un visa de sortie. Donc, il fallait avoir le passeport pour ’’verifier’’ si vous avez eu le droit de ’sortir’’, c’est aussi bête que cela.

      Pour ce qui est de non respect de délais, imaginez que vous perdez votre passeport à l’étranger et que vous voulez rentrer. On va vous dire d’attendre que votre passeprot soit renouvllé. Et si vous êtes dans un pays où il n’y pas d’Ambassde Malgache, coment vous faites.

      Vosu savez bien comme moi qu’un bion nettoyage dans tous ses héritages adminitsratifs ne feraient de mal à personne

  • 15 décembre 2009 à 18:43 | FIPOZ (#2162)

    Vous m’étonnez, Georges ! Autant j’ai toujours bien suivi le fil conducteur de vos raisonnements, autant avec cet édito je ne vous reconnais plus. Tout à fait de votre côté sur les premières paragraphes de votre édito car effectivement en l’état actuel des décisions, cela n’a qu’un nom : abus de pouvoir frisant maninifestement de la bêtise (mal nommer les choses c’est contribuer au malheur de l’humanité écrivait Albert Camus). Seulement, eh oui malheureusement, vous vous êtes pris le pied dans le tapis en faisant référence à votre anecdote de 2003. Vous débarquez d’un avion arrivant de l’international, il est tout a fait règlementaire que votre passeport soit réclamé par l’agent de service. Vous n’avez pas débarqué d’une gare routière nationale, auquel cas un C.I.N aurait été suffisante, mais bien d’une ligne aérienne venant de l’étranger. Je suis, tout comme vous, pour un état de droit mais dans une telle situation j’aurai rejeté la faute sur moi-même et je n’aurai pas embarqué même si les retards que vous évoquiez, venaient de l’Ambassade à Paris. Selon votre nom, vous êtes bien le "bon penseur à idées", pourquoi aviez-vous failli à anticiper ce qui pouvait vous arriver sur le sol malgache. Bref, on accepte que vous ayez trébuché cette fois-là et gardez toujours la rectitude de vos pensées. C’est ainsi qu’on vous apprécie.

    Courtoisement.

    • 16 décembre 2009 à 05:04 | Georges Rabehevitra (#3099) répond à FIPOZ

      Cher Fipoz,
      Je vois que vous êtes à l’affût du supposé moins de cohérence dans mes propos, et c’est tant mieux.

      Je répète et je persite en disant que pour rentrer dans son pays (si celui-ci n’est pas un Etat policier) , un ressortissant a besoin d’une pièce d’identité (pas forcément un passeport). J’ai bcp d’amis de toutes nationalités, quand j’ai la chance de les accopagner dans leur pays, on exige pas du tou de leur part le passepaort. Il présnete n’importe quell pièc d’identité et on leur laisse ’’tranquillement’’ rentrer dans leur pays.

      Imaginez que vous perdez votre passeport à l’étranger et que vous voulez rentrer. On va vous dire d’attendre que votre passeport soit renouvellé ? et si vous n’avez plus de moyens pour vivre, vous attendez où et comment ? Et si vous êtes dans un pays où il n’y pas d’Ambassade Malgache, comment vous faites ?

      Vous savez bien comme moi qu’un bon nettoyage dans tous ses héritages administratifs ne ferait de mal à personne. Au niveau d’Ivato, cette exigence vient de l’héritage Ratsiraka (pe’riode révolutionnaire !!!!) pendant lequel il vous fallait un visa de sortie (chose qui n’existe dans aucun Etat démocratique). Au retour, il fallait vérifier si vous avez bien eu l’autorisation de sortie, avant de rentrer.

      Vosu pouvez continuer à défendre le système actuel, mais pour moi, c’est d’un autre age

  • 15 décembre 2009 à 21:09 | jack-no (#1477)

    bonjour,

    pour votre anecdote de 2003, je vais vous exposer le cas en 2006.

    j’avais accompagné mon beau-frère (double nationalité) malade à Tana . son passeport malgache était périmé.

    le consul a délivré un laisser passer un dimanche matin à son domicile pour lui et un visa sur mon passeport français. nous avons voyagé sans problème.

    il y a toujours une solution. il est vrai que le consul est un ami.

    jacques

    • 16 décembre 2009 à 11:23 | Georges Rabehevitra (#3099) répond à jack-no

      cher Jack-no,

      Imaginez la même chose dans un pays où il n’y pas de consulat.

      Un fran ;çais qui rentre en France n’a pas besoin de montrer forcément son passeport. Une carte d’identité suffit. Idem en Allemagne ou dans tous pays européens.
      Il faut absolument abandonner dans notre pays cette exigence du passeport (comme unique preuve d’identité) à nos ressortissants, quand ils rentrent dans notre pays.

      A part vouloir ’’flicquer’’ (et encore pour cela, il suffit d’aller dans les bases de données des compagnies aérirennes pour les avoir), il n’y a aucune raison de tamponner mon passeport en sortie et en entrée à Ivato. Normalement dans un pays démocratique, vous êtes libre d’aller et venir où vous voulez.

      Un passeport, normalement, c’est la seule pièce ídentité valable, mais en dehors de votre pays (comme son nom l’indique)

      Bien à vous

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS